La SEDRAC cherche des solutions

SEDRAC

La zone intercommunale du district de Porrentruy va de l’avant. La société d’équipement de la région d’Ajoie et du Clos du Doubs (SEDRAC) tient son assemblée des délégués mercredi soir à Chevenez. Au menu, les comptes 2013, bénéficiaires de 14'000 francs. Mais surtout, des informations sur les avancées de la future zone intercommunale du district, un dossier sur la table depuis 2008. Une étude est menée  epuis novembre 2013 par le bureau RWB pour définir le site et les démarches à entreprendre pour devenir une zone d’activité d’intérêt cantonal (AIC). Une reconnaissance qui permet d’accélérer les procédures lors d’implantations d'entreprises.

Pour le moment, la SEDRAC exploite deux zones: à Boncourt, mais elle est complète, et à Courgenay. Bien qu’il reste de la place dans cette dernière, la SEDRAC souhaite prendre les devants et l’agrandir du côté de Cornol. Pour Gérard Guenat, président de la SEDRAC, « c’est la situation idéale, proche de l’autoroute et d’une gare ». Mais pour le moment, la Société d’équipement du district est confrontée aux problèmes d’acquisition de terrains en zone agricole. « Néanmoins, c’est certainement sur Courgenay que l’effort principal doit être porté », selon lui. Gérard Guenat rappelle que les communes d’Alle et de Porrentruy se sont aussi proposées pour accueillir une zone de la SEDRAC, respectivement sur les sites de l’Oiselier et de Pré-Monsieur. Ces deux pistes sont toujours à l’étude. Elles pourraient entrer dans un concept de zone AIC sur deux ou trois sites.

La SEDRAC, une société qui rapporte

La Société d’équipement de la région d’Ajoie et du Clos du Doubs rapporte de l’argent. Les entreprises situées sur les zones de la SEDRAC paient des impôts qui sont reversés non pas à Courgenay ou à Boncourt, mais à la SEDRAC. Cette somme est alors redistribuée à l’ensemble des communes du district en fonction de l’investissement consenti au départ, il y a 33 ans. Les localités touchent désormais de l’argent. En 2011, la SEDRAC a reversé 156'000 francs. Par exemple, Porrentruy a reçu plus de 33'000 francs. Son investissement au départ de 300'000 francs lui a permis de gagner pour le moment 460'000 francs. /nqu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus