En 1916, on montrait son passeport pour aller aux champs

Laissez-passer d'Henry Burrus à la douane de Boncourt, mars 1916 Laissez-passer d'Henry Burrus à la douane de Boncourt, mars 1916

Lors de la Première guerre mondiale, il fallait parfois montrer son passeport dans des situations inattendues!

L’Ajoie est particulièrement concernée par la guerre de 1914-1918 et notamment le Largin à Bonfol, qui est un point d’observation sur les troupes allemands qui occupent l’Alsace et sur les troupes françaises dans la trouée de Belfort (le Largin sera d'ailleurs surnommé le kilomètre zéro, puisque c’est à partir de là qu’on va mesurer l’extension du front).

La question alors dans le Jura est de savoir qui peut franchir la frontière, puisque de l’autre côté, en France, on entre dans un pays en guerre alors que la Suisse est neutre. Les explications de l’archiviste cantonal jurassien, Antoine Glaenzer.

Les archives cantonales jurassiennes possèdent ces laisser-passer utilisés à la douane de Boncourt pour les Jurassiens qui devaient aller travailler leurs terre situées en France.


Actualisé le