Le lait passe à la trappe

Un travail qui ne rapporte rien. C’est ainsi que Dominique Laville définit son exploitation laitière. Ce père de famille de 50 ans est agriculteur à Chevenez. Il possède une centaine de vaches qui produisent plus d’un million de litres de lait par an. Après réflexion, ce très grand producteur pense cesser cette activité au printemps. À moins que le prix du lait n’augmente, mais il n’y croit plus.

Les vaches de Dominique Laville Les vaches de Dominique Laville

La décision de Dominique Laville fait froid dans le dos, selon Michel Darbellay, le directeur de la chambre jurassienne d’agriculture. Les économies d’échelle mises en pratique dans cette exploitation et prônée par l’office de l’agriculture ne suffisent plus pour donner un salaire décent.

Dominique Laville est un des plus grands producteurs de la MIBA, la fédération des exploitations laitières du Nord-Ouest de la Suisse. Le gérant de la MIBA, Christophe Eggenschwiler, estime que la cessation des activités laitières n’est pas une tendance lourde, même si le prix a baissé depuis ces 4 dernières années.


Actualisé le