Revivez l'exploitation du fer dans le Jura!

Werner Steiner, le dernier ingénieur des mines du Jura. Il a dirigé l'exploitation des derniers puits productifs jusqu'en 1926. Il a également laissé un important fonds photographique au Musé jurassien d'art et d'histoire. Werner Steiner, le dernier ingénieur des mines du Jura. Il a dirigé l'exploitation des derniers puits productifs jusqu'en 1926. Il a également laissé un important fonds photographique au Musée jurassien d'art et d'histoire.

La tête du puits de mine des Rondez à Delémont est le dernier vestige de l’exploitation du minerai de fer dans le Jura. Ce bâtiment, qui date de 1916, sera d’ailleurs déplacé de 50 mètres sur des rails le 12 juin pour permettre la construction du Landi. La tête du puits de mine contenait les installations techniques et l’ascenseur pour descendre dans le sous-sol jurassien, à 60 mètres sous terre. On accédait ensuite au réseau de galeries horizontal qui allait dans toutes les directions pour aller chercher le minerai.

L’exploitation du fer a été très intensive dans le Jura. Il y a eu 190 puits de mine rien qu’à Delémont et à Courroux. Comme l’explique Vincent Friedli, archéologue et historien, cette exploitation intensive a commencé dès les années 1840.

Au début du XXe siècle, l’exploitation du minerai de fer jurassien ne devient plus rentable face à la concurrence étrangère. En 1926, le fer n’est donc plus extrait dans la région.

Que reste-il aujourd'hui de l’exploitation du fer à Delémont?


Actualisé le