Sous l'A16, la route romaine!

Tronçon de la route romaine qui liait le plateau suisse à Mandeure, à Porrentruy-Sous Hermont (© Office de la culture - Section d'archéologie et paléontolgie). Tronçon de la route romaine qui liait le plateau suisse à Mandeure, à Porrentruy-Sous Hermont (© Office de la culture - Section d'archéologie et paléontolgie).

Qu’est-ce qu’on ferait aujourd'hui sans l’A16 ? A l'époque romaine, les voies de communication étaient tout aussi importantes.

La route romaine qui passait dans le Jura reliait Avenches (c’est-à-dire le plateau Suisse, voire l’Italie) à Besançon.  Elle était donc stratégique. Loin des belles routes pavées, la route «jurassienne» mesurait entre six et sept mètres de large. Elle était construite avec des plaques calcaires posées en hérisson, le tout recouvert de terre.

À l’époque, la route est un moyen de communication vital pour les Romains. Robert Fellner, l’archéologue cantonal jurassien.

Il y avait donc à Alle une aire de repos le long de cette route romaine, une sorte de restoroute...On pouvait y manger, se reposer, mettre les chevaux au repos ou les changer si besoin, et faire les réparations sur son char, un peu comme au garage aujourd'hui.

Mais attention, tout le monde ne pouvait pas utiliser cette aire de repos, qui était clôturée. Il s'agissait généralement des personnes qui travaillaient pour l’Etat, des fonctionnaires et des militaires.

L'aire de repos n’a quant à elle fonctionné qu’au premier siècle après Jésus-Christ. On retrouve Robert Fellner.


Actualisé le