La Suisse ne doit pas être le seul pénitent, juge le chef de l'UBS

Le nouveau patron de l'UBS Oswald Grübel juge qu'il faut maintenir le secret bancaire mais qu'il y a des moments où il doit être ajusté à de nouvelles exigences. Toutefois, il n'est pour lui pas question que la Suisse figure comme seul "pénitent"."Lorsque des pays comptant parmi nos amis nous mettent sous pression et qu'ils n'entendent plus tolérer que l'évadé fiscal puisse trouver refuge quelque part, nous devons envisager de composer", note Oswald Grübel. Il ne s'oppose pas à l'idée que la Suisse offre aux autres Etats son aide aussi en cas d'évasion fiscale. Mais uniquement si les autres places financières le font également. /ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus