Excuses faites à la Libye obligées pour libérer les deux suisses

Hans-Rudolf Merz a défendu l'accord signé à Tripoli pour clore l'affaire Kadhafi. "Il n'y avait pas d'autre choix", a-t-il fait valoir, estimant que la situation était "bloquée". Il s'est également dit sûr que les deux Suisses retenus en Libye seraient libérés la semaine prochaine.Après avoir retracé les différentes étapes de l'affaire et des préparatifs pour la résoudre, le président de la Confédération a indiqué avoir pris la décision d'agir car il a constaté il y a un mois que la situation était "bloquée". Interrogé sur la question des excuses présentées à Tripoli, M. Merz a souligné que ses déclarations étaient nécessaires pour sortir de l'impasse. /ATS

21.08.2009 - 15:49
Actualisé le 21.08.2009 - 15:49

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus