Des indemnisations rétroactives pour le secteur culturel

Les personnes travaillant dans le secteur culturel bénéficieront rétroactivement d'indemnisations ...
Des indemnisations rétroactives pour le secteur culturel

Des indemnisations rétroactives pour les acteurs culturels

Photo: KEYSTONE/MARCEL BIERI

Les acteurs culturels bénéficieront rétroactivement d'indemnisations pour pertes financières à partir du 1er novembre 2020. Le Conseil fédéral a adopté mercredi une modification de l'ordonnance Covid-19, qui renforce aussi le soutien aux intermittents.

Grâce à ces modifications, les acteurs culturels bénéficient d'un soutien 'sans interruption' depuis le 20 mars 2020, relève le Conseil fédéral. Et ce soutien sera étendu aux intermittents. Tous les salariés, engagés pour une durée déterminée et pouvant attester d'au moins quatre engagements à durée déterminée auprès d'au moins deux employeurs différents du secteur culturel, pourront y prétendre.

'Nous avons énormément de contact avec les milieux culturels depuis le début de la crise et nous savons qu'il y a une très grande frustration par rapport à la situation actuelle', a indiqué le ministre de la santé Alain Berset devant les médias à Berne. Les mesures prises pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont des conséquences très importantes pour le secteur de la culture et les acteurs culturels sont confrontés 'à une menace existentielle'.

Aide d'urgence plus accessible

Le gouvernement va aussi assouplir les conditions pour demander une aide d’urgence. Les seuils de fortune maximaux pour pouvoir y prétendre sont rehaussés, passant de 45'000 à 60'000 francs. Ce seuil est augmenté pour chaque enfant à charge. Le montant passe de 15'000 francs à 20'000 francs.

Seule la fortune librement disponible est prise en compte pour l’évaluation des demandes. Les biens immobiliers en sont exclus.

Par ailleurs, Suisseculture Sociale et les cantons pourront accorder une avance aux acteurs de la culture si aucune décision n’a été rendue 30 jours après le dépôt d'une demande. Cette possibilité a pour but d'accélérer l’arrivée de liquidités.

Tout n'est pas encore parfait, a relevé M. Berset. 'Le secteur culturel est extrêmement diversifié et il est particulièrement compliqué de fournir rapidement des réponses appropriées à tous en temps de crise', a expliqué le Fribourgeois. 'Jusqu'à présent, 23'000 demandes ont été déposées, et 19'000 décisions ont été rendues, pour un total de 265 millions de francs accordés.'

Montant insuffisant?

Pour 2021, 130 millions de francs ont été mis à disposition pour venir en aide au secteur de la culture. 'Nous constatons que les montants pourraient ne pas suffire dans le domaine amateur', a relevé la cheffe de l'Office de la culture Isabelle Chassot. Solliciter un crédit supplémentaire dès la session d'été est envisagé.

Par ailleurs, le Conseil fédéral et le Secrétariat d'Etat à l'économie travaillent à la préparation d'un parapluie de protection pour les organisateurs de grandes manifestations. L'idée est de permettre à ceux-ci de planifier des événements de grande envergure et de ne pas devoir payer tous les pots cassés en cas d'annulation due à la situation épidémiologique. Des premières indications sur ce parapluie de protection devraient pouvoir être données après Pâques, a ajouté Mme Chassot.

'Le but est aussi d'avoir un bel été avec de la vie et de la culture, même si les incertitudes demeurent très importantes', a ajouté Alain Berset. Le conseiller fédéral se dit conscient que la Suisse se trouve dans 'une situation délicate', avec une augmentation de nombre d'infections dues au coronavirus depuis quelques semaines.

/ATS