Le sarcophage romain montré aux Genevois avant sa restitution

Un sarcophage romain herculéen d'une valeur inestimable, séquestré aux Ports-Francs de Genève ...
Le sarcophage romain montré aux Genevois avant sa restitution

Le sarcophage romain montré aux Genevois avant sa restitution

Photo: Keystone

Un sarcophage romain herculéen d'une valeur inestimable, séquestré aux Ports-Francs de Genève depuis 2010, sera présenté pour la première fois au public. Il sera exposé du 22 juin au 2 septembre à l'Université de Genève avant d'être restitué à la Turquie.

L'objet en marbre sculpté, orné des douze travaux d'Hercule et pesant près de trois tonnes, date du IIe siècle après J-C. Il a été découvert il y a sept ans par la douane suisse dans un entrepôt des Ports-Francs de Genève, rappelle l'Université de Genève (UNIGE) jeudi dans un communiqué.

Maniement délicat

Des Ports-Francs, le sarcophage sera déplacé jusqu'à son lieu d'exposition, la Salle des moulages de l'Uni Bastions, par une société spécialisée dans les transports. Une caisse sera réalisée sur mesure, afin d'éviter les vibrations et que la pièce ne bouge, a expliqué à l'ats le professeur Lorenz Baumer, organisateur de l'exposition.

Un camion et une grue seront nécessaires. 'Une telle pièce doit être maniée avec prudence. C'est juste lourd, sensible, grand et précieux', note le professeur qui se réjouit de présenter une oeuvre d'art d'une telle qualité ornementale au public.

'C'est une façon de montrer que la lutte contre le trafic d'objets archéologiques est payante en Suisse', a ajouté l'avocat Marc-André Renold. Le professeur à l'UNIGE qui représente la Turquie dans cette saga, est également titulaire de la chaire Unesco en droit international de la protection des biens culturels.

Origine prouvée

Car le magnifique objet découvert aux Ports-Francs il y a sept ans provient d'une fouille illicite ayant eu lieu près d'Antalya, en Turquie. C'est ce qu'a révélé une minutieuse enquête menée par le Ministère public genevois, en collaboration avec les autorités suisses et turques.

Plusieurs expertises ont été menées pour déterminer sa provenance exacte, avant de le restituer à son pays d'origine. Un collaborateur scientifique et un professeur de l'UNIGE ont participé à l'enquête et procédé à des analyses comparatives de terre et de marbre.

Décision définitive

Leurs analyses ainsi qu'un rapport archéologique rendu par un professeur belge prouvent l'origine turque de l'objet. Ils ont mis un terme à une saga judiciaire qui aura duré sept ans.

La restitution du sarcophage à la Turquie a finalement été ordonnée en septembre 2015. Elle est devenue définitive en mars dernier, après deux recours de la société détentrice de la pièce, active dans le domaine des antiquités.

Salle des moulages

Le vernissage de l'exposition intitulée 'L'affaire du sarcophage romain', se déroulera en présence du ministre turc de la culture, a annoncé M. Renold. D'autres pièces de la même époque et appartenant à l'UNIGE seront également exposées.

Un colloque scientifique invitant archéologues et juristes à réfléchir aux questions de restitution clôturera cette présentation le 4 septembre. Dans le courant du mois, le trésor archéologique regagnera sa patrie, probablement en avion, pour être exposé au Musée d'archéologie d'Antalya.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus