Les Journées littéraires réunissent 16'000 personnes à Soleure

Les Journées littéraires de Soleure racontent 'des histoires dans l'air du temps', affirment ...
Les Journées littéraires réunissent 16'000 personnes à Soleure

Les Journées littéraires réunissent 16'000 personnes à Soleure

Photo: Keystone

Les Journées littéraires de Soleure racontent 'des histoires dans l'air du temps', affirment leurs organisateurs. Ceux-ci notent le succès des événements pour la première fois au programme, notamment ceux autour du slam qui ont mis en valeur les scènes extérieures.

Les 39es Journées littéraires de Soleure se sont conclues dimanche sur des lectures de l'auteur d'Olten (SO) Alex Capus et de la poétesse musicienne grisonne Bibi Vaplan. Pendant trois jours, plus de 16'000 participants ont écouté, lu, traduit, fêté ou performé dans toutes les langues nationales. Ce sont un millier de plus que lors des éditions précédentes.

Parmi eux, une septantaine d'auteurs et traducteurs ont participé à quelque 135 manifestations dans quatorze lieux, en intérieur ou à l'extérieur, ont indiqué dimanche les organisateurs. Prose, poésie, traduction, slam, Spoken Word, littérature pour enfants et adolescents, formats expérimentaux, il y en avait pour tous les goûts.

Solitaire pour les autres

Ainsi la manifestation de Soleure a proposé aux visiteurs une 'palette riche et vivante de la scène littéraire d'aujourd'hui', écrit sa directrice Reina Gehrig, cité dans le communiqué. Lors de la soirée d'ouverture, l'auteur, traducteur et éditeur allemand Ilija Trojanow a plaidé pour une littérature du monde entier, rappelant le pouvoir de la lecture, une pratique solitaire qui rapproche pourtant des autres.

Meilleure preuve de cette ouverture, onze des hôtes de la manifestation étaient des étrangers. Les Journées littéraires de Soleure restent néanmoins une 'vitrine des littératures des quatre régions linguistiques de la Suisse.

Slam

Les organisateurs soulignent le succès rencontré par les lectures Spoken Word, pour la première fois cette année partie intégrante du programme. Les performeuses et performeurs ont montré à un public passionné toute la variété des possibilités existant quand on joue avec les mots.

C'était surtout en soirée que les Spoken Word faisaient vibrer les scènes extérieures du Landhausquai et de la Klosterplatz. Et les organisateurs de citer en exemple le cas de ' Where is the Beat? ', spectacle où les slameurs - parmi lesquels le Romand Narcisse - improvisaient sur scène. Ou celui de la performance du collectif L'AJAR de Suisse romande réunissant six performeurs.

Autre nouveauté remarquée: les manifestations autour de la traduction. Pour la première fois cette année, les 'Joutes de traduction' ont vu deux traductrices s'affronter en duel et soumettre tour à tour au public leurs choix de traduction.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus