Les honneurs du musée pour Kermit la grenouille et son créateur

New York rend hommage à Jim Henson, qui a créé Kermit la grenouille et beaucoup d'autres personnages ...
Les honneurs du musée pour Kermit la grenouille et son créateur

Les honneurs du musée pour Kermit la grenouille et son créateur

Photo: Keystone

New York rend hommage à Jim Henson, qui a créé Kermit la grenouille et beaucoup d'autres personnages du 'Muppet Show' et intéressé les adultes américains aux marionnettes. Elle consacre une exposition permanente dédiée à ce créateur à l'imaginaire sans limite.

On ne le voyait quasiment jamais à l'écran et pourtant, il passait son temps à la télévision. Hors-champ, les bras tendus vers le ciel, Jim Henson a donné vie, 25 années durant, avec les gestes mais aussi la voix, à un petit personnage en feutre vert, Kermit la grenouille, devenu la marionnette la plus connue du monde.

De son esprit fertile sont également sortis plusieurs acolytes de Kermit dans le 'Muppet Show', de même qu'Elmo, Big Bird, Bart ou Ernest, héros de la série culte pour enfants 'Sesame Street' ('1 rue Sésame' en France). Il est aussi le père des créatures de la série 'Fraggle Rock' et des longs-métrages 'Dark Crystal' (1982) et 'Labyrinthe' (1986), tous deux réalisés par lui.

Briser les barrières

Jusque-là, 'aux Etats-Unis, les marionnettes, c'était pour les enfants', explique Barbara Miller, conservatrice de l'exposition permanente 'The Jim Henson Exhibition'. Elle s'ouvre samedi au Museum of the Moving Image, une institution relativement récente (1988) mais désormais incontournable dans le paysage culturel new-yorkais.

Mais Jim Henson, décédé brutalement d'une pneumonie en 1990 à 53 ans, avait une vision plus large de cet art, renforcée par un voyage en Europe en 1958. 'Son travail et les projets qu'il a développés allaient toujours contre cette notion que les marionnettes étaient seulement destinées aux enfants', souligne Barbara Miller.

Mélange surprenant

'Et le 'Muppet Show' a clairement été sa plus grande réussite dans ses tentatives pour briser cette barrière', fait valoir la conservatrice de cette exposition réuni plus de 300 objets de l'univers de Jim Henson, dont plus de 180 ont été donnés au musée par ses enfants.

Humour, fantaisie, poésie, musique, chanson, le mélange surprenant qu'était cette revue hebdomadaire, diffusée entre 1976 et 1981 aux Etats-Unis, a marqué une génération. Et les huit long métrages tournés de 1979 à 2014 ont séduit les suivantes.

'Ne jamais se répéter'

En pleine gloire, Jim Henson décida pourtant d'arrêter l'émission. 'Il avait peur qu'elle ne commence à se répéter', a expliqué son fils, Brian, lors d'un récent entretien au site 'The Hollywood Reporter'. 'La chose la plus importante pour mon père, c'était de ne pas se répéter', a-t-il martelé. 'Innover. Faire des choses nouvelles.'

Il a fait la démonstration de cette capacité à de multiples reprises, notamment avec son court métrage psychédélique 'Time Piece' (1965), à des années-lumière du monde des marionnettes, nommé pour l'Oscar du meilleur format court en 1966.

Après l'arrêt du 'Muppet Show', il s'engage dans les projets 'Dark Crystal', 'Fraggle Rock' et 'Labyrinthe', créant, chaque fois, un nouvel univers de toutes pièces, dont la concrétisation sera possible grâce à des avancées technologiques marquantes.

Pour 'Fraggle Rock', il crée notamment un gant qui permet, à distance, d'animer un personnage en bougeant la main. Il veut 'utiliser les aspects techniques du medium pour étendre le champ de ce que nous pouvons faire'.

Comprendre le processus de création

Avec cette exposition, qui s'est installée dans un nouvel espace de ce musée du quartier du Queens, il n'était pas seulement question de montrer les réalisations de Jim Henson et son équipe, mais aussi de 'passer derrière le rideau et laisser voir comment les choses sont réalisées et quel est le processus créatif', explique Barbara Miller.

Une version mobile de l'exposition est actuellement montrée au Museum of Pop Culture de Seattle (nord-ouest) et voyagera aux Etats-Unis et à l'étranger durant les cinq prochaines années.

'On connaît les Muppets, on connaît les personnages de 'Sesame Street', mais l'un des objectifs est d'approfondir notre compréhension de Jim Henson', dit Barbara Miller, 'comme artiste, réalisateur expérimental, et entrevoir une image de lui plus large, celle d'un créateur.'

/ATS
 

Actualités suivantes