Masques obligatoires au match et stades partiellement remplis

Spectateurs assis, masques souvent obligatoires, récolte de données et flux clairement dirigés ...
Masques obligatoires au match et stades partiellement remplis

Masques obligatoires au match et stades partiellement remplis

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Spectateurs assis, masques souvent obligatoires, flux clairement dirigés et traçage garanti: le Conseil fédéral a fixé mercredi les critères pour les manifestations de plus de 1000 personnes. Concerts, théâtres, congrès et matchs pourront reprendre le 1er octobre.

Le gouvernement a consulté les cantons et les associations concernées avant de préciser les conditions pour la tenue des grands rassemblements dans le contexte du coronavirus. Les organisateurs devront suivre ces exigences et élaborer un concept de protection strict. Les autorisations relèveront des cantons.

'C'est une bonne nouvelle pour le public et une grande responsabilité pour les organisateurs', a expliqué le ministre de la santé Alain Berset devant la presse. La situation épidémiologique reste fragile. Depuis juin, les nouvelles infections ne cessent d'augmenter.

Quelle que soit la manifestation, les spectateurs seront assis à la place qui leur a été attribuée. Des exceptions sont toutefois prévues. Le public pourra rester debout dans certains cas, comme les courses de ski ou de vélo et les fêtes de village au grand air. L'aval du canton sera nécessaire.

Plan précis

Aucune disposition supplémentaire à l'exception des règles de distance et d'hygiène n'ont été définies pour les représentations théâtrales et les congrès. L'obligation de division en secteurs ne vaudra que pour les manifestations de moins de 1000 personnes.

Le plan de protection devra préciser si le port du masque est obligatoire ou non et s'il y aura des places assises. Il expliquera aussi la gestion des flux de personnes et comment la collecte de coordonnées correctes sera garantie.

Il sera parfois difficile de remplir tous les critères, en particulier pour les grands événements culturels comme les festivals, a reconnu Alain Berset. Les manifestations à caractère commercial comme les foires ne sont pas soumises à cette réglementation. Les flux peuvent y être gérés plus facilement, selon le conseiller fédéral.

Alcool autorisé

Des dispositions supplémentaires s'appliquent aux matchs de championnat des ligues nationales de hockey et de football. La Swiss Football League et la Swiss Ice Hockey Federation ont élaboré des plans de protection règlent la situation de manière uniforme pour toute la Suisse.

Lors des matchs nationaux, le public devra rester assis et le masque sera obligatoire. Dans les stades et les patinoires, seuls deux tiers des sièges au maximum pourront être occupés. Les supporters du club visiteur ne disposeront pas de contingents. Le public devra être très clairement séparé de la zone de jeu.

La restauration ne se fera qu'à des places assises. La vente et la consommation de boissons alcoolisées seront autorisées. Le Conseil fédéral laisse là une marge de manoeuvre aux cantons qui pourront revoir ces autorisations si les plans de protection ne peuvent pas être remplis. L’organisateur devra par ailleurs contrôler que les spectateurs respectent les mesures. Les infractions seront sanctionnées.

Evolution épidémiologique

Pour qu'une grande manifestation soit autorisée, il faudra que la situation épidémiologique dans la région ou le canton soit favorable. Mais aucune valeur seuil n'a été fixée, a précisé le conseiller fédéral. Le canton devra disposer des capacités nécessaires au traçage.

Un canton pourra aussi décider de restrictions supplémentaires en réduisant le nombre de personnes autorisées ou en imposant le port du masque à tous les événements. Si une autorisation est retirée, l'organisateur n'aura pas le droit à une indemnisation par les pouvoirs publics.

L'interdiction des manifestations de plus de 1000 personnes avait été la première mesure du Conseil fédéral à fin février, pour contenir la pandémie de Covid-19. Prononcée jusqu'à fin août, elle avait finalement été prolongée jusqu'au 30 septembre, en raison du nombre important de nouvelles infections.

/ATS
 

Actualités suivantes