« Pas d'intérêt permanent » pour la culture en ligne

Malgré la pandémie, le numérique ne s'est pas imposé dans le secteur culturel, sauf pour les ...
« Pas d'intérêt permanent » pour la culture en ligne

Photo: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Malgré la pandémie, le numérique ne s'est pas imposé dans le secteur culturel, sauf pour les films et séries en ligne. Les livres numériques par exemple continuent de ne représenter qu’une petite partie du marché du livre, selon l'Office fédéral de la culture.

Malgré les fermetures et les jauges limitées dans les cinémas, les théâtres ou les musées, il était possible de pratiquer certaines de ces activités grâce à des offres numériques. Mais d’après les résultats d'une étude, aucune d’entre elles n’a éveillé un intérêt permanent, hormis les plateformes de visionnage de films en ligne, peut-on lire dans la 'Statistique de poche de la culture en Suisse', publiée récemment par l'Office fédéral de la culture (OFC).

Le virtuel ne semble pour l’instant pas pouvoir remplacer les activités in situ. Le cas des films et des séries en ligne est différent : ici, l’intérêt de la population semble se maintenir au-delà de l’épidémie.

Si les salles de cinéma paient le prix fort de la pandémie - les entrées dans les cinémas ont diminué d'environ deux tiers l'an dernier - , la production cinématographique n'a pas non plus été épargnée: le nombre de films produits a diminué de 20% par rapport aux quatre années précédentes (2016–2019),

Les films en allemand (– 19%) et en français (– 22%) ont pareillement souffert de la crise. Les films de fiction (– 47%) et et les films suisses (– 18%) ont été particulièrement touchés. Les films documentaires ont mieux résisté.

Livres: vente en hausse

Les données du marché pour la Suisse alémanique montrent que, pendant les mois de printemps 2020, le nombre de livres imprimés vendus a considérablement diminué. Et ce bien que, d’après les estimations de l’Association des libraires et des éditeurs suisses (alémaniques, SBVV), près de 35% à 45% des librairies aient entretemps mis en place une plateforme de vente en ligne.

La société d’études de marché GfK Entertainment annonce pour sa part près de 15,3 millions de livres vendus en Suisse alémanique sur l’ensemble de l’année. Grâce aux lectrices et aux lecteurs de Suisse alémanique, le marché du livre a enregistré en 2020 un chiffre d’affaires légèrement plus élevé que l’année précédente, et ce malgré la fermeture momentanée des magasins.

Le nombre d’achats de livres numériques a quant à lui connu une forte mais brève augmentation, limitée à la période de fermeture des librairies. En comparaison avec les livres physiques, les livres numériques ne représentent encore qu’une petite partie du marché du livre en Suisse alémanique.

Soutien de la Confédération

Les fonds supplémentaires mis à disposition dans le cadre de la première phase, d’un montant de 280 millions de francs, représentent près du double du soutien annuel accordé habituellement par la Confédération au domaine de la culture.

La culture a visiblement été plus fortement touchée par l’épidémie que d’autres secteurs de l’économie. La situation est comparable à celle de la restauration et de l’industrie hôtelière.

C’est dans les cantons de Zurich et de Berne que le plus grand nombre de demandes ont été déposées, suivi de Vaud, Bâle et Genève. La musique est le domaine le plus soutenu (28,9 % des 60,5 millions de francs) ; viennent ensuite la danse et le théâtre (15,4 %) puis les clubs et les salles de concert (13,9 %).

Du côté des acteurs culturels, on observe par exemple une baisse de leur nombre (-4,7 % en 2020). Les travailleurs culturels engagés depuis peu, ceux travaillant à temps partiel et les femmes ont été plus fortement touchés par ce recul. C’est le domaine du livre et de la presse qui a été le plus brutalement frappé (14% de baisse, ce qui correspond à près de 7000 personnes dans l’ensemble de la Suisse).

La 'Statistique de poche de la culture en Suisse' paraît dans les quatre langues nationales. Elle peut être téléchargée gratuitement sur le site de l’Office fédéral de la culture et est également disponible sous forme imprimée.

/ATS
 

Actualités suivantes