Trafic d'antiquités: soupçon sur un ancien président du Louvre

L'enquête de la justice sur un vaste trafic d'antiquités pillées au Moyen-Orient s'intéresse ...
Trafic d'antiquités: soupçon sur un ancien président du Louvre

Trafic d'antiquités: soupçon sur un ancien président du Louvre

Photo: KEYSTONE/EPA/KHALED ELFIQI

L'enquête de la justice sur un vaste trafic d'antiquités pillées au Moyen-Orient s'intéresse au rôle de l'ancien président-directeur du musée du Louvre, Jean-Luc Martinez. Il a été inculpé mercredi pour blanchiment et complicité d'escroquerie en bande organisée.

A la tête du plus grand musée du monde pendant huit ans, Jean-Luc Martinez avait été placé en garde à vue lundi dans les locaux de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels, selon une source proche du dossier.

Il a été mis en examen mercredi en fin d'après-midi pour 'complicité d'escroquerie en bande organisée et blanchiment par facilitation mensongère de l'origine de biens provenant d'un crime ou d'un délit', a indiqué jeudi une source judiciaire. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

M. Martinez, 58 ans, 'conteste avec la plus grande fermeté sa mise en cause dans ce dossier', ont réagi auprès de l'AFP ses avocats Me Jacqueline Laffont et Me François Artuphel. 'Il réserve pour l'heure ses déclarations à la justice et ne doute pas que sa bonne foi sera établie', ont-ils ajouté.

L'ancien dirigeant du Louvre de 2013 à l'été 2021 est aujourd'hui ambassadeur pour la coopération internationale dans le domaine du patrimoine.

Deux égyptologues libérés

Deux éminents égyptologues français, qui avaient également été placés en garde à vue lundi, ont quant à eux été libérés sans poursuites à ce stade, a précisé la source judiciaire.

Selon l'hebdomadaire français Le Canard enchaîné, qui avait annoncé les gardes à vue, les enquêteurs cherchent à savoir si M. Martinez aurait 'fermé les yeux' sur de faux certificats d'origine de cinq pièces d'antiquité égyptiennes acquises 'pour plusieurs dizaines de millions d'euros' par le Louvre Abu Dhabi, l'antenne du musée parisien dans la capitale des Emirats arabes unis.

Parmi ces pièces figure une stèle en granit rose gravé au nom du roi Toutankhamon, 'un objet exceptionnel', selon l'égyptologue Marc Gabolde cité par le quotidien français Le Monde.

C'est lui qui avait alerté les deux autres égyptologues sur la provenance douteuse de la stèle, dans une note début 2019, selon le journal. Les deux spécialistes auraient ensuite transmis le document à M. Martinez. Sollicitée par l'AFP, la direction du Louvre n'a pas souhaité réagir.

Centaines de pièces pillées

Une enquête préliminaire portant sur des soupçons de trafic d'antiquités provenant du Proche et Moyen-Orient avait été discrètement ouverte en juillet 2018 par le parquet de Paris.

Depuis février 2020, un juge d'instruction est chargé d'une information judiciaire ouverte pour recel de vol en bande organisée, association de malfaiteurs, blanchiment et escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux ainsi qu'omission de mention par le vendeur sur le registre des objets mobiliers.

Ce trafic concernerait des centaines de pièces et porterait sur plusieurs dizaines de millions d'euros, selon des sources proches à l'époque. Les faits avaient été révélés lors d'un coup de filet retentissant dans le milieu feutré du marché de l'art et des antiquaires parisiens en juin 2020.

Un expert en archéologie méditerranéenne, Christophe Kunicki, et son mari Richard Semper, marchand, avaient été inculpés et placés sous contrôle judiciaire. Ces deux figures respectées du monde des antiquités de la capitale française sont soupçonnées d'avoir 'blanchi' des objets archéologiques pillés dans plusieurs pays en proie à l'instabilité depuis le début des années 2010: Egypte, Libye, Yémen ou Syrie.

En mars dernier, Roben Dib, propriétaire d'une galerie à Hambourg (Allemagne), a également été mis en examen et placé en détention provisoire.

L'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels cherche à déterminer les conditions d'acquisition par le Louvre Abu Dhabi, par l'intermédiaire de ce galeriste germano-libanais, des cinq antiquités sorties illégalement d'Egypte, d'après le Canard enchaîné.

Les noms de M. Kunicki et M. Semper avaient déjà été cités dans l'affaire du sarcophage du prêtre Nedjemankh, vendu au 'Met' de New York en 2017 pour 3,5 millions d'euros par M. Kunicki.

Une enquête avait établi que l'objet avait été volé en 2011, année du soulèvement contre le président Hosni Moubarak. Ce sarcophage a finalement été rendu solennellement à l'Egypte en 2019.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus