Violence au Capitole: Twitter et Facebook suspendent Trump

Le réseau social Twitter a bloqué le compte du président sortant américain Donald Trump et ...
Violence au Capitole: Twitter et Facebook suspendent Trump

Violence au Capitole: Twitter et Facebook suspendent Trump

Photo: KEYSTONE/DPA dpa/A2824/_FRANZ-PETER TSCHAUNER

Le réseau social Twitter a bloqué le compte du président sortant américain Donald Trump et menacé pour la première fois de bloquer son accès de manière permanente. Peu après le réseau social Facebook a opté pour une mesure similaire.

La plateforme Twitter bloque durant 12 heures le compte du président pour avoir violé les règles de la société. 'Nous avons requis la suppression de trois messages de Donald Trump pour des violations graves et répétées de notre politique d'intégrité civique', a justifié Twitter ce, qui a pour effet de bloquer le compte durant 12 heures. 'Si ces messages ne sont pas supprimés, le compte restera bloqué', poursuit la déclaration.

La mesure prise par le réseau social de prédilection du président sortant américain survient après plusieurs heures de troubles violents au Capitole à Washington causés par des sympathisants de Donald Trump. Les résultats électoraux en faveur de son rival démocrate Joe Biden devaient être certifiés lors d'une session au congrès, suspendue depuis lors. Dans des messages qui ne sont plus accessibles depuis lors, le président sortant faisait référence aux manifestants comme des 'grands patriotes'.

Après Twitter, Facebook a aussi temporairement suspendu le compte de Donald Trump. 'Nous avons déterminé deux infractions à nos règles sur la page du président Donald Trump qui débouchent sur une suspension de 24 heures, ce qui signifie qu'il perd la capacité de poster sur la plateforme pendant cette période', a expliqué la communication du groupe californien sur Twitter.

Vidéo supprimée

Facebook avait déjà supprimé une vidéo où le républicain appelait les manifestants à 'rentrer chez eux' mais où il déclarait aussi sans preuves que l'élection avait été 'volée'. Cette vidéo avait également été supprimée par Twitter et YouTube.

Twitter avait indiqué plus tôt dans la journée qu'il réduisait la portée des messages encourageant les actes violents en cours au Capitole. Ces tweets 'ne pourront pas être retweetés ou 'aimés', et on ne pourra pas y répondre', a précisé le réseau social qui avait déjà pris de nombreuses mesures pour encadrer les échanges pendant une élection sous tension.

'Etant donné la situation à Washington, nous travaillons activement à protéger l'intégrité des conversations publiques sur la plateforme et prendrons des mesures contre tous les contenus qui enfreignent les règles de Twitter', avait tweeté le compte de l'entreprise californienne dédié à la sécurité.

Patrons interpellés

De nombreux observateurs accusent les plateformes d'avoir laissé le milliardaire républicain et ses partisans violents organiser leur rassemblement grâce à leurs services.

'Hey Mark Zuckerberg, Jack (Dorsey), Susan Wojcicki et Sundar Pichai - Donald Trump a provoqué une attaque violente contre la démocratie américaine', a tweeté le comédien engagé Sacha Baron Cohen, interpellant les patrons de Facebook, Twitter, YouTube et Google.

'Est-ce enfin assez pour que vous agissiez ?! Il est temps de bannir Donald Trump de vos plateformes une fois pour toutes' s'est-il insurgé dans son message illustré d'une photo d'un manifestant paradant dans le Capitole avec un drapeau confédéré, considéré comme un symbole raciste.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus