Des tonnes de déchets toxiques disparus à Bonfol

Un document daté de 1968 dévoile que 750 tonnes de déchets peu contaminés ont été utilisées ...
Des tonnes de déchets toxiques disparus à Bonfol

Un document daté de 1968 dévoile que 750 tonnes de déchets peu contaminés ont été utilisées pour la construction de chemins dans le village ajoulot

Décharge Bonfol (Photo: archives)

Un rapport qui jette un froid sur l’assainissement de la décharge de Bonfol. Un document daté de 1968 dévoile que 750 tonnes de déchets peu contaminés ont été utilisées pour construire des chemins dans le village de Bonfol, selon une information de la RTS de jeudi soir. Aujourd’hui, personne ne sait où sont passés ces déchets. Cette annonce est faite, alors que l’assainissement de l’ancienne décharge s’est achevé il y a quelques mois.

C’est le géographe et écologiste bâlois Martin Forter qui a dévoilé ce rapport. Le document, rédigé en 1968 par l’une des entreprises pharmaceutiques rhénanes, nous apprend que 750 tonnes de déchets peu contaminés ont été utilisés pour la construction de chemins dans la commune de Bonfol. Problème: aujourd’hui, personne ne sait où sont passés ces déchets, ni s’ils ont bien servi à la construction de chemins.

 

La commune surprise, la chimie bâloise pas inquiète

L’ancien maire de Bonfol, Jean-Denis Henzelin, s’est confié à la RTS. Rien dans les procès-verbaux des conseils des années 1967 à 1969 ne laisse transparaître le dépôt de ces déchets dans le village. Contacté, le maire de Bonfol, Fernand Gasser, s'est dit surpris par cette nouvelle. Il a déclaré n'avoir jamais eu vent de ce document avant vendredi. Il n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet avant que des recherches plus approfondies ne soient menées, mais il a tout de même fait part de ses craintes. « J'ai peur que cette nouvelle ne réduise à néant  les efforts menés depuis six ans pour redorer l'image du village. »

De son côté, la chimie bâloise préfère jouer la carte de la réserve. Pour son directeur Michael Fischer, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, ni de mener de nouvelles investigations. Il a déclaré à nos confrères de la RTS que les contrôles sur la qualité de l’eau effectués depuis de nombreuses années n’ont révélé aucun problème. Mais le Canton du Jura pourrait malgré tout exiger une nouvelle évaluation de la situation. /tna

 

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes