Un important crédit adopté pour l’éducation numérique

Le Parlement jurassien a accepté ce mercredi un crédit-cadre de 6,7 millions de francs pour ...
Un important crédit adopté pour l’éducation numérique

Le Parlement jurassien a accepté ce mercredi un crédit-cadre de 6,7 millions de francs pour la mise en application du plan d’action numérique de la formation dans la scolarité obligatoire et la formation postobligatoire

Le Parlement jurassien a accepté un crédit cadre de 6,7 millions pour le plan d’action numérique dans les écoles jurassienne. (Photo : archives) Le Parlement jurassien a accepté un crédit cadre de 6,7 millions pour le plan d’action numérique dans les écoles jurassienne. (Photo : archives)

Le plan d’action numérique dans les écoles jurassienne reçoit le feu vert du Parlement jurassien. Le législatif a accepté ce mercredi, en première lecture, par 46 voix contre 0 et 12 abstentions un crédit-cadre de 6'706'000 francs pour la période 2022 à 2026. Le plan prévoit 20 actions à mener à l’école obligatoire et autant dans la formation postobligatoire dans le but de renforcer l’éducation numérique. Le crédit-cadre servira notamment à l’achat de matériel informatique - pour lequel les communes pourront bénéficier d’une subvention cantonale - ou encore à la formation des enseignants. Il comprend aussi l’engagement d’au moins 7,7 EPT, soit des emplois équivalents plein temps. Ce point a d’ailleurs fait grincer quelques dents du côté du PLR qui a refusé, en vain, l’entrée en matière. Le ministre de la formation, Martial Courtet, a souligné que « les quelques EPT demandés seront entièrement compensés ». Le plan d’action numérique de la formation fait partie des mesures fortes du Gouvernement pour la législature 2021-2025. Martial Courtet salue ainsi sa validation par le Parlement :

Martial Courtet : « C’est un projet que nous qualifions de raisonnable mais surtout un projet indispensable »

Toujours dans le cadre du Plan d’action numérique jurassien de la formation, le Parlement a également adopté ce mercredi une modification de la loi sur l’école obligatoire par 50 voix contre 0 et 8 abstentions. Idem pour une révision du décret qui règle l’octroi de subventions pour installations scolaires, adoptée aussi par 50 voix contre 0 et 8 abstentions. /fco


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus