Les contenus scolaires reflètent les attentes sociales

La gymnastique pour des raisons militaires, les langues pour des raisons économiques, les travaux ...
Les contenus scolaires reflètent les attentes sociales

Les contenus scolaires reflètent les attentes sociales

Photo: Keystone

La gymnastique pour des raisons militaires, les langues pour des raisons économiques, les travaux manuels suite à la crise économique. Une étude montre que la conception de l'école obligatoire depuis 1830 est un reflet des attentes sociétales.

L'école était également une agence, chargée de résoudre les problèmes de la société, écrit jeudi le Fonds National Suisse de la recherche (FNS), qui a financièrement soutenu le projet.

Les 25 chercheurs de toutes les régions de la Suisse ont pour la première fois comparé le développement de l'école dans les différentes parties du pays. Ils ont reconstitué et analysé les contenus des manuels scolaires, des moyens d'enseignement et des plans d'études de dix cantons (AG, BE, BS, FR, GE, LU, SZ, VD, TI et ZH) sur environ 150 ans.

L'étude montre que l'utilité économique a pendant longtemps été le principal argument avancé pour l'introduction d'une langue étrangère ou nationale. L'argument de la cohésion nationale est venu bien plus tard.

Selon les auteurs, l'enseignement de l'histoire devient critique et réfléchi seulement à la fin des années 1960. Il vise alors à forger une émancipation politique et une participation à la vie citoyenne. L'éducation à la citoyenneté n'est devenue une discipline scolaire à part entière qu'au Tessin et de manière temporaire, bien que son introduction soit réclamée régulièrement depuis 1870.

Sciences déterminantes

L'essor des sciences dans le dernier tiers du 19e siècle a eu une influence importante sur les branches enseignées. 'Avec leurs découvertes, de nouveaux savoirs sont entrés dans l'école aux 19e et 20e siècles. Le système de savoirs scolaires s'est ainsi trouvé modifié', indique Lucien Criblez, chef du projet, cité dans le communiqué.

La liste des branches enseignées à l'école primaire était restée relativement stable depuis le 19e siècle. C'est seulement après 1970 que des changements substantiels sont de nouveau intervenus dans les contenus, changements qui sont à imputer entre autres au nouveau rôle des sciences.

Les sciences sociales comme les sciences de l'éducation et la psychologie s'ajoutent aux disciplines de référence: histoire, langues et littérature, mathématiques.

L'importance des différents acteurs, qui peuvent influencer le plan d'étude, évolue. 'Alors que les inspecteurs scolaires et les directeurs d'écoles normales définissaient autrefois quels contenus devaient être enseignés et comment, on a davantage écouté les scientifiques, mais aussi les enseignants', indique M. Criblez.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus