L'épidémie de grippe provoque une surmortalité chez les aînés

La grippe a provoqué en ce début d'année une nette surmortalité chez les aînés. La faute au ...
L'épidémie de grippe provoque une surmortalité chez les aînés

L'épidémie de grippe provoque une surmortalité chez les aînés

Photo: Keystone

La grippe a provoqué en ce début d'année une nette surmortalité chez les aînés. La faute au sous-type H3N2 particulièrement virulent cette année. L'épidémie qui a atteint son pic à la mi-janvier, continue de reculer.

L'excès de mortalité frappant les personnes de plus de 65 ans a été observé dès le 26 décembre jusqu'au début de février, indique mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin hebdomadaire. Durant ces six semaines, 1440 décès de plus ont été recensés par rapport aux prévisions statistiques.

Cette surmortalité est comparable, quoique dans une moindre proportion, à celle de l'épidémie d'il y a deux ans. Durant les premières semaines de 2015, le nombre de décès avait augmenté de 17% (soit 2200 de plus) par rapport aux prévisions basées sur les chiffres des années précédentes.

Cette année, la forte augmentation des décès a connu son pic lors de la troisième semaine de janvier (330 décès supplémentaires par rapport aux attentes), soit une semaine après que la vague de grippe eut elle-même atteint son sommet. Depuis, les chiffres sont tous en recul même si la grippe est encore largement répandue.

Encore bien présente dans toutes les régions

Durant la deuxième semaine de février, les 127 médecins du système de surveillance Sentinella ont rapporté 27 cas d'affections grippales pour 1000 consultations, contre 36,5 une semaine plus tôt. Ce taux correspond à une incidence de 221 consultations dues à la grippe pour 100'000 habitants, indique l'OFSP sur son site Internet.

Les tout petits (0 à 4 ans) restent les plus touchés, tandis que les consultations pour les adultes et les seniors affichent un niveau constant. La grippe recule dans toutes les régions à l'exception de la Suisse centrale. Comme il y a deux ans, le virus Influenza A (H3N2) est le sous-type le plus répandu (94%) cette année.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus