Environ 144'000 personnes atteintes de démence en Suisse

Le nombre de personnes en Suisse atteintes de démence est plus élevé que ce que l'on pensait ...
Environ 144'000 personnes atteintes de démence en Suisse

Environ 144'000 personnes atteintes de démence en Suisse

Photo: Keystone

Le nombre de personnes en Suisse atteintes de démence est plus élevé que ce que l'on pensait. D'après les toutes dernières données d'Alzheimer Suisse, la démence touchait 144'000 individus en 2016 dans le pays, soit environ 25'000 de plus que signalé jusqu'ici.

En 2015, l'association estimait ce total à 119'000, comme le confirment des documents sur son site, rapportent les dominicaux alémaniques Ostschweiz et Zentralschweiz am Sonntag. Elle tire ses derniers chiffres des données EuroCoDe et EURODEM, plus actuelles et fiables car se fondant sur des méta-analyses. Ces dernières autorisent aussi la comparaison avec des pays européens.

Les données pour 2015 et 2016 ne sont donc pas comparables. Avec l'ancienne méthode de calcul, le nombre de personnes atteintes de démence en Suisse s'élevait à environ 121'600 l'an dernier.

Le double en 2040

Alzheimer Suisse estime qu'actuellement 9% des plus de 65 ans souffrent d'Alzheimer ou d'une autre forme de démence. Chez les plus de 90 ans, le taux monte à 40%. L'association part du principe que la moitié des personnes souffrant de démence n'ont pas reçu de diagnostic formel permettant d'en attester.

L'âge étant le principal facteur de risque, Alzheimer Suisse s'attend à ce que le nombre de personnes touchées continue d'augmenter parallèlement à la croissance démographique. Il estime que 300'000 personnes seront atteintes de démence en Suisse à l'horizon 2040. Pour autant qu'il n'y ait pas d'améliorations sensibles au niveau de la prévention ou des traitements médicaux.

La démence représente déjà la cause la plus courante de dépendance pour le troisième âge. Après les maladies du coeur et le cancer, c'est aussi la troisième cause de décès en Suisse.

Données plus précises

Pour relever les défis liés aux maladies démentielles, les cantons et la Confédération ont lancé en 2013 une stratégie nationale en matière de démence, qui vient d'être prolongée jusqu'en 2019. L'un de ses objectifs est la mise en place d'un réseau de centres de compétences en diagnostics, afin d'améliorer la qualité de ces derniers et de mieux prendre en charge le flux de patients.

Cette stratégie vise aussi à rendre plus systématique la récolte de données sur Alzheimer et les maladies apparentées, car le fonctionnement actuel demeure insatisfaisant. Alzheimer Suisse a proposé l'an dernier la création d'un registre national. Posséder des chiffres exacts est un atout de grande importance si l'on veut planifier sérieusement des mesures de politique sanitaire.

/ATS