Les Verts renoncent au 2e tour de l'élection au gouvernement

Après le POP et l'UDC, les Verts neuchâtelois renoncent eux aussi à déclencher un second tour ...
Les Verts renoncent au 2e tour de l'élection au gouvernement

Après le POP et l'UDC, les Verts neuchâtelois renoncent eux aussi à déclencher un second tour à l'élection au Conseil d'Etat neuchâtelois. Le Parti écologiste estime que l'écart de voix entre la 5e place et son candidat, arrivé 6e, est trop important à combler.

Les Verts ont annoncé lundi dans un communiqué avoir pris cette décision après discussions avec les autres partis de gauche. Ils ont estimé que l'écart de 5000 voix entre leur candidat Fabien Fivaz et Laurent Kurth leur semblait difficile, voire impossible à combler.

Fort de ce constat, les Verts ne veulent pas provoquer de second tour. Cette décision n'empêche pas le parti de s'interroger sur la représentativité politique du Conseil d'Etat. Avec deux PLR et trois socialistes, l'exécutif ne représente pas les forces en présence au parlement, selon les écologistes.

Avant les Verts, le Parti ouvrier et populaire (POP) avait annoncé qu'il ne lancera pas Nago Humbert au second tour de l'élection au Conseil d'Etat. Le candidat popiste était arrivé au 8e rang lors du premier tour dimanche.

L'UDC a aussi renoncé à se présenter à un second tour. Elle admet que ses trois candidats n'ont pas réalisé un score assez important pour se lancer dans la course. Le mieux classé, Jean-Charles Legrix, pointait à la 9e place.

Balle dans le camp PLR

Le PLR doit décider de sa stratégie lundi soir lors d'une assemblée générale à Malvilliers. Le délai pour le dépôt des candidatures pour un 2e tour est fixé à mardi midi. Lors du 1er tour dimanche, les cinq ministres sortants, trois socialistes et deux PLR, avaient terminé aux premières places, mais sans majorité absolue.

/ATS
 

Articles les plus lus