Un louveteau échappe à un tir de régulation en Valais

Un louveteau a échappé en Valais à un tir de régulation et donc sauvé sa peau. L'hiver relativement ...
Un louveteau échappe à un tir de régulation en Valais

Un louveteau échappe à un tir de régulation en Valais

Photo: Keystone

Un louveteau a échappé en Valais à un tir de régulation et donc sauvé sa peau. L'hiver relativement chaud et la faible quantité de neige ont multiplié les habitats disponibles sur le territoire de la meute, ce qui a compliqué la traque.

Un premier louveteau de la meute d'Augstbord a été tiré juste après le feu vert du canton et de l'Office fédéral de l'environnement, le 20 décembre dernier, rappellent lundi les autorités valaisannes dans un communiqué. Le jeune avait été abattu dans des conditions d'enneigement qui ne favorisaient pas le déplacement des loups.

Le 24 janvier, suite à la découverte d'un louveteau supplémentaire dans cette même meute, l'autorisation a été élargie à un deuxième individu. Une occasion qui aurait permis le prélèvement sans risque d'un second louveteau ne s'est toutefois jamais présentée jusqu'à l'échéance de l'autorisation à fin mars, indique le communiqué, notant que la loi épargne les géniteurs.

L'exécution du tir était du ressort du Service valaisan de la chasse, de la pêche et de la faune (SCPF). Il était autorisé uniquement sur le territoire de la meute. En 2016, dans la région d'Augstbord, le loup a tué en tout 157 animaux de rente en dépit des mesures de protection prises, selon l'Etat du Valais.

En attendant l'automne

Hormis la réduction de l'effectif de la meute, le SCPF espérait un effet dissuasif en tirant le premier louveteau, pour que ses congénères ne s'approchent pas des agglomérations. Depuis, les gardes-chasse ont constaté que les loups se tenaient davantage à l'écart des humains et évitaient largement les zones résidentielles.

Par ailleurs, des indices de présence de loups ont été constatés dans les districts de Brigue et de Conches. Il n'est pour l'heure pas possible d'établir s'il s'agit de membres de cette même meute.

Le canton poursuit sa surveillance des loups afin de déterminer les éventuelles reproductions et le nombre de louveteaux nés dans l'année en cours. En cas de dommages, il pourra anticiper au mieux un tir de régulation et préparer sa mise en place dès l'automne. La régulation pourrait donc être combinée avec la période de chasse régulière, ce qui diminuerait pour beaucoup les charges de l'Etat, précise encore ce dernier.

/ATS
 

Actualités suivantes