Aumôniers musulmans: bilan positif pour un projet pilote

L'engagement d'aumôniers musulmans dans les centres fédéraux pour requérants d'asile s'avère ...
Aumôniers musulmans: bilan positif pour un projet pilote

Aumôniers musulmans: bilan positif pour un projet pilote

Photo: Keystone/ENNIO LEANZA

L'engagement d'aumôniers musulmans dans les centres fédéraux pour requérants d'asile s'avère positif. Ils font office d'intermédiaires entre la culture du pays de provenance et celle de la Suisse. Un projet pilote sera donc prolongé jusqu'en juin 2018.

Les aumôniers musulmans apportent une réelle plus-value. Cet avis est partagé non seulement par les requérants d'asile mais aussi par les collaborateurs du centre et les aumôniers chrétiens, indique vendredi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). C'est ce qui ressort d'un rapport du Centre Suisse Islam et Société (CSIS) de l'Université de Fribourg.

De plus, les aumôniers contribuent à promouvoir un islam ouvert et humaniste. Dans le cadre de ce projet pilote qui a débuté le 1er juillet 2016, le SEM a collaboré avec l'Association des organisations islamiques de Zurich (VIOZ).

Les auteurs du rapport estiment que les critères employés pour sélectionner les organisations partenaires et recruter les aumôniers pourraient à nouveau être utilisés si le projet devait être étendu à d'autres centres. Dans ce cas, un dialogue avec d'autres organisations musulmanes serait nécessaire.

Formation des aumôniers

La formation et la formation continue des aumôniers musulmans doivent aussi être améliorées. Le SEM suggère un cursus pour les aumôniers musulmans. La formation devrait se focaliser sur les services d'aumônerie, la relation entre l'Eglise et l'Etat ainsi que la collaboration interreligieuse. Les églises nationales sont favorables à un tel cursus.

La question du financement des aumôniers musulmans est ouverte. Les coûts des aumôniers chrétiens sont assurés par les Eglises nationales. Il est ressorti des discussions que les organisations musulmanes ne sont pas en mesure d'assurer le financement d'une telle formation. Il n'existe actuellement pas de bases légales qui permettraient à la Confédération de prendre les frais à sa charge.

Actuellement, les services d'aumônerie dans les centres fédéraux pour requérants d'asile sont assurés par la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, la Conférence des évêques de Suisse, les églises catholiques-chrétiennes de la Suisse ainsi que par la Fédération suisse des communautés israélites en collaboration avec les Eglises cantonales. Ils ont signé une convention-cadre avec le SEM.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus