La Suisse entière en état de situation extraordinaire jusqu'au 19 avril

Toute la Suisse est en état de situation extraordinaire à cause du coronavirus. Seuls les commerces ...
La Suisse entière en état de situation extraordinaire jusqu'au 19 avril

Le coronavirus plonge la Suisse entière dans l'état de situation extraordinaire. Seuls les commerces de première nécessité pourront rester ouverts. Le Conseil fédéral a décrété lundi l'état de situation extraordinaire, prenant ainsi seul les commandes de la crise.

'Une réaction forte s'impose dans tout le pays', a déclaré la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. C'est le seul moyen de parvenir à surmonter cette crise. Il faut à tout prix ralentir la propagation de l'épidémie et éviter de submerger les hôpitaux. 'Cette crise nous sollicite tous', a-t-elle ajouté dans un appel solennel à la population.

Après deux séances extraordinaires du collège, un premier wagon de mesures exceptionnelles prises vendredi, des entretiens menés avec les cantons, le Conseil fédéral est revenu lundi devant la presse pour annoncer un renforcement de sa lutte contre le coronavirus. 'Prenez les mesures d'hygiène et de distance au sérieux', a répété la présidente de la Confédération.

Mesures uniformes

Les règles seront désormais identiques dans tous les cantons. Toutes les manifestations publiques ou privées sont interdites dès lundi minuit. Tous les magasins, restaurants, bars et établissements de divertissements et de loisirs sont fermés jusqu’au 19 avril. Seuls les magasins d’alimentation et les établissements de santé restent ouverts. L'approvisionnement en nourriture et en médicaments est assuré, a précisé le ministre de la santé Alain Berset.

Les cantines d’entreprises, les services de petite restauration à l’emporter et de livraison de repas ainsi que les pharmacies restent aussi ouverts, de même que les stations-service, les gares, les banques, les offices de poste, les hôtels, les administrations publiques et les services du domaine social.

Jusqu'à 8000 militaires

Pour aider les infrastructures civiles à faire face ces prochains jours et semaines, l'armée se met à disposition. Jusqu’à 8000 militaires pourront offrir un service d'appui jusqu'à fin juin. Trois mille seront immédiatement prêts à soutenir le service de la santé. L'armée pourra également aider dans la logistique et la sécurité.

L’ampleur du recours à l’armée dépendra de l’évolution de la situation et des demandes des autorités compétentes. Les troupes en service régulier seront les premières à être mobilisées. 'Une mobilisation de l'armée de cette ampleur est inédite depuis la Deuxième guerre mondiale', a relevé Viola Amherd.

Frontières

Le Conseil fédéral a par ailleurs décidé d'établir, dès lundi minuit, des contrôles aux frontières allemandes, françaises et autrichiennes. L'entrée sur sol helvétique ne sera autorisée que pour les Suisses, les personnes disposant d'un permis de séjour et celles voyageant pour le travail.

Les douanes secondaires sont fermées à toutes les frontières, de manière à canaliser le trafic sur les douanes principales. La mesure vise à protéger la population suisse et à préserver les capacités du système suisse de santé.

Le trafic aux frontières a reculé de 58% au Tessin lundi midi. Pour la Suisse entière, les douanes ont observé une baisse de 28%. Les cantons ont expressément demandé que les frontaliers puissent continuer de venir travailler. Trente mille frontaliers français travaillent dans le secteur de la santé, trois hôpitaux universitaires sont concernés, a rappelé Alain Berset.

Le transit et le transport de marchandises restent autorisés. En Suisse, les transports publics seront réduits. Les trains ne continueront plus au-delà des frontières.

Un confinement général de la population à la maison n'est pas à l'ordre du jour, a précisé la présidente de la Confédération. 'Nous ne voulons pas mettre le pays à l'arrêt', a-t-elle dit. Interrogée sur l'impact énorme des mesures pour l'économie et en particulier les PME, Simonetta Sommaruga a assuré que les 10 milliards de francs pour l'économie étaient une aide immédiate. Ce n'est qu'un début.

Cantons précurseurs

Une série de cantons avaient déjà durci leurs mesures de protection. Le Tessin a bouclé samedi tous les restaurants, bars et magasins, à l'exception des épiceries et pharmacies. Il a été suivi dimanche par le Jura, Neuchâtel, Bâle-Campagne et les Grisons et lundi par le Valais, Genève et Vaud. Tous ces cantons sont désormais appelés à s'aligner sur les prescriptions de la Confédération, a déclaré Alain Berset.

La Suisse est particulièrement frappée par l'épidémie. Plus de 2300 personnes ont été contaminées dans le pays et une vingtaine sont décédées. Par million d'habitants, la Suisse est le deuxième pays le plus touché du monde après l'Italie.

/ATS