Le National énumère ses critiques sur la gestion de la crise

Après un débat nourri sur la loi Covid-19, le National a listé ses doléances sur la gestion ...
Le National énumère ses critiques sur la gestion de la crise

Le National énumère ses critiques sur la gestion de la crise

Photo: KEYSTONE/PETER KLAUNZER

Après un débat nourri sur la loi Covid-19, le National a listé ses doléances sur la gestion de la crise lors d'un débat urgent. Alain Berset a répondu que la vaccination constituait l'espoir le plus tangible, mais qu'on était encore à la merci d'une troisième vague.

A deux jours des décisions attendues du Conseil fédéral sur le deuxième paquet de mesures d'assouplissement, les députés ont critiqué mercredi la stratégie du gouvernement pour maîtriser la pandémie: traçage pas assez efficace, vaccination trop lente, déconfinement trop timide. L'UDC s'est livrée à un tir groupé de questions adressées au ministre de la santé.

« Qui, il y a un an, aurait cru qu'on serait obligé de vivre comme ça aujourd'hui », a lancé Roland Büchel (UDC/SG) en allusion aux multiples restrictions des libertés privées et des libertés économiques.

Le Conseil fédéral réglemente dans le moindre détail toutes nos activités : « C'est disproportionné ». Il a dénoncé aujourd'hui le manque de perspectives. « Soyez courageux après-demain », a-t-il lancé au Conseil fédéral.

Regrets de tous les partis

Le PLR s'est montré lui dubitatif sur la stratégie de vaccination. Notre résultat en comparaison internationale n'est pas si fameux que ça, a relevé Olivier Feller (PLR/VD). Or l'immunité collective de la population est un préalable indispensable au retour à la normalité, selon lui.

Toujours sur les vaccins, Fabian Molina (PS/ZH) a lui critiqué la défense par la Suisse des brevets sur ces produits. Sans capacités mondiales de vaccins, c'est toute la stratégie qui est remise en question et on risque de se retrouver dans un confinement en Suisse.

D'autres comme Ruth Humbel (Centre/AG) se sont inquiétés du futur passeport Covid qu'elle souhaite unifié pour toute la Suisse. Dans l'optique des voyages, elle souhaite une approche coordonnée avec l'Europe. Jörg Mäder (PVL/ZH) a quant à lui regretté le manque de sérieux que la Suisse a apporté à la numérisation dans le domaine de la loi sur les épidémies.

Seul Balthasar Glättli (Verts/ZH) a montré de la compréhension pour la stratégie de la Confédération basée sur l'évaluation des risques : « On ne veut pas trébucher à l'aveugle dans la troisième vague », a-t-il dit. L'automne dernier, les cantons ont foncé vers la réouverture malgré les avertissements des scientifiques ; le fédéralisme a ses limites, selon lui.

Ignorance légitime

En réponse à toutes ces interventions, le conseiller fédéral Alain Berset a demandé de replacer les décisions dans leur contexte. « L'an dernier, on n'avait encore aucune idée de l'impact du Covid-19 sur notre vie. Depuis, un immense travail a été accompli », a-t-il dit, remerciant à nouveau la population, les acteurs de l'économie, les cantons et les administrations pour les efforts consentis.

Aujourd'hui, il y a des indices qu'une troisième vague pourrait être évitée. Mais les chiffres actuels ne vont pas dans la bonne direction. Trois des quatre critères fixés pour la réouverture ne sont pas remplis (incidence, taux de reproduction, lits en soins intensifs et taux de positivité), a rappelé le conseiller fédéral.

« Il s'agit d'indicateurs, nous ne voulons pas d'automatisme », a-t-il toutefois souligné. Le Conseil fédéral se prononcera vendredi. La campagne de vaccination est porteuse de beaucoup d'espoir. « C'est notre meilleure chance de sortir de la crise ». Il a réitéré que la Suisse avait choisi la bonne stratégie dans ce domaine alors qu'au début il y avait plus de 120 projets en route.

Cantons prudents

Les propositions de déconfinement qui sont sur la table portent sur la réouverture des terrasses, la possibilité d'assister à nouveau à un match ou un concert open air, les manifestations publiques et les réunions privées, etc. Le nombre de personnes devrait toujours être strictement limité selon les circonstances.

Les mesures ont été soumises aux cantons. Compte tenu de l'incertitude quant à l'évolution de l'épidémie, la Conférence des directeurs cantonaux de la santé a plaidé pour une réouverture prudente.

/ATS

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus