Avec la Saint-Valentin, c'est comme avec l'amour : c'est compliqué.

L'origine de la Saint-Valentin, c'est comme l'amour : c'est compliqué. Lorsque les amoureux ...
Avec la Saint-Valentin, c'est comme avec l'amour : c'est compliqué.

Avec la Saint-Valentin, c'est comme avec l'amour : c'est compliqué.

Photo: KEYSTONE/STR

L'origine de la Saint-Valentin, c'est comme l'amour : c'est compliqué. Lorsque les amoureux s'offrent des fleurs le 14 février, ils se réfèrent à saint Valentin. Mais on ne saura sans doute jamais de quel personnage historique il s'agit exactement.

Dans le registre des saints, trois martyrs du nom de Valentin sont inscrits sous la date du 14 février. L'un aurait été prêtre romain, le deuxième évêque de la province italienne de Terni - mais ces deux Valentin pourraient aussi être le même. Le troisième aurait souffert avec des martyrs chrétiens en Afrique.

Il est plus courant de considérer Valentin, prêtre ou évêque à Rome ou Terni, comme le saint patron des amoureux. Les sources concernant sa vie ne sont pas claires, mais Valentin a probablement été assassiné au troisième siècle.

Une légende raconte qu'il s'est rebellé contre l'empereur Claude II en mariant de jeunes couples selon le cérémonial chrétien, ce qui était interdit. Il leur aurait également offert des fleurs par la suite. Selon d'autres récits, une jeune fille aveugle aurait recouvré la vue après avoir reçu en cadeau une fleur du prêtre condamné à mort, enveloppée dans un papier portant l'inscription 'de la part de ton Valentin'.

Pourquoi le 14 février ?

Déjà au Moyen-Âge, il comptait parmi les saints les plus populaires en Italie, en France et en Angleterre. Et les coutumes liées à Valentin ont continué de se répandre, comme on peut le lire dans 'Hamlet' de William Shakespeare, où Ophélie chante la Saint-Valentin.

Une autre explication du 14 février comme jour des amoureux est plutôt une question de pouvoir, l'Eglise s'en prenant aux coutumes païennes de la Rome antique. Le 14 février y était célébré en l'honneur de la déesse Junon, protectrice du mariage et de la famille. Les femmes recevaient traditionnellement des fleurs ce jour-là. Cette coutume a survécu, mais au lieu de porter le nom de Junon, elle est désormais connue sous le nom ecclésiastique de Saint-Valentin.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus