Bartholomée Ier, archevêque de Constantinople, en visite en Suisse

Le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier était en Suisse de samedi à lundi. Sa venue est liée ...
Bartholomée Ier, archevêque de Constantinople, en visite en Suisse

Bartholomée Ier, archevêque de Constantinople, en visite en Suisse

Photo: Keystone

Le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier était en Suisse de samedi à lundi. Sa venue est liée à deux anniversaires: les 50 ans du Centre orthodoxe de Chambésy (GE) et les 20 ans de l'Institut d'études supérieures en théologie orthodoxe.

Après un séjour en terres genevoises durant le week-end, son voyage s'est poursuivi lundi à Fribourg. Le haut dignitaire a visité la cathédrale Saint-Nicolas, avant de donner une conférence publique à l'Université de Fribourg.

Accompagné d'une délégation d'une trentaine d'ecclésiastiques orthodoxes, Bartholomée Ier a embrassé la relique de St-Nicolas que lui a présenté le prévôt de la cathédrale Claude Ducarroz. Au cours d'une petite cérémonie oeucuménique entrecoupée de chants, en français et en grec, et à laquelle ont pris part une cinquantaine de fidèles, le dignitaire a lu une déclaration en français.

Né en 1940 sur l'île d'Imbros en Turquie, Bartholomée Ier est devenu archevêque de Constantinople et patriarche oecuménique en 1991. Il parle sept langues, dont le français.

Oecuménisme

Partisan du dialogue entre les Eglises et entre les religions, il est aussi surnommé le 'patriarche vert' en raison de son engagement pour la protection de l'environnement. L'archevêque de Constantinople a dédié l'année 2017 à la protection de l'enfance.

Il y a environ 300 millions d'orthodoxes dans le monde, dont plus de 150'000 vivent en Suisse. Le Centre orthodoxe du Patriarcat oecuménique a été fondé en 1966 avec pour mission la promotion des relations interorthodoxes et interecclésiales.

L'Institut d'études supérieures en théologie orthodoxe a été créé pour sa part en 1996. Il collabore avec les facultés de théologie de Fribourg et de Genève pour un programme de master.

Près de 200 étudiants en sont diplômés, issus de diverses Eglises orthodoxes. Ils viennent notamment de Grèce, de Russie, de Biélorussie, de Roumanie, ou encore de Bulgarie.

/ATS
 

Actualités suivantes