Berne: le pancréas artificiel a fait ses preuves à l'hôpital

Le pancréas artificiel peut améliorer la gestion de la glycémie chez les patients diabétiques ...
Berne: le pancréas artificiel a fait ses preuves à l'hôpital

Berne: le pancréas artificiel a fait ses preuves à l'hôpital

Photo: KEYSTONE/EPA EFE/CHEMA MOYA

Le pancréas artificiel peut améliorer la gestion de la glycémie chez les patients diabétiques à l'hôpital, selon une étude des universités de Berne et de Cambridge (GB). En moyenne, un patient hospitalisé sur cinq souffre de diabète.

Une glycémie stable est un prérequis important pour assurer une guérison optimale. Or elle est difficile à assurer chez des patients souffrant de maladies aiguës, qui doivent subir des traitements, prendre des médicaments ou modifier leur alimentation, a indiqué mardi l'Hôpital de l'Île à Berne dans un communiqué.

Avec des confrères britanniques, une équipe du Diabetes Center Berne a testé le pancréas artificiel sur 136 patients hospitalisés souffrant de diabète de type 2. Une partie a reçu le traitement habituel, avec mesure manuelle du taux de sucre et injections d'insuline.

Les autres participants ont été reliés au pancréas artificiel, consistant en un capteur de glucose en continu, une pompe à insuline et un algorithme de contrôle.

Résultats: chez les seconds, les dépassements des valeurs-cibles ont été réduits d'un quart et leur glycémie a montré moins de variations. Ils affichaient quatre fois plus souvent un taux de sucre idéal, rapportent les auteurs dans le New England Journal of Medicine.

'Prompte réaction'

'Le gros avantage du pancréas artificiel réside dans la prompte réaction à un changement dans le besoin en insuline', commente Lia Bally, co-auteure de ces travaux à l'hôpital universitaire bernois, citée dans le communiqué. Il ne produit pas non plus davantage d'hypoglycémie que la méthode traditionnelle.

Le pancréas artificiel, qui peut être installé en quinze minutes, s'avère donc praticable et sûr pour une utilisation en milieu hospitalier. La prochaine étape consistera pour les chercheurs à quantifier les effets ainsi obtenus sur le processus de guérison des patients.

Ces résultats ont été présentés lundi devant le congrès de l'Association américaine du diabète à Orlando (USA) et publiés le même jour.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus