Berne ne veut pas financer les mesures de protection des juifs

La multiplication des attentats en Europe suscite des craintes de la part de la communauté ...
Berne ne veut pas financer les mesures de protection des juifs

Berne ne veut pas financer les mesures de protection des juifs

Photo: Keystone

La multiplication des attentats en Europe suscite des craintes de la part de la communauté juive. Les polices cantonales sont en discussion avec elle en vue de mesures de protection ciblées. La Confédération exclut toutefois de participer aux coûts.

Le Service de lutte contre le racisme a publié jeudi un rapport sur les mesures prises pour lutter contre l'antisémitisme en Suisse. Les craintes de la communauté juive pour sa sécurité sont jugées légitimes.

Une bonne collaboration entre les autorités à tous les niveaux de l'Etat et les organisations juives est indispensable. Une rencontre a eu lieu en mai à Zurich. Si des menaces étaient constatées, la police pourrait mettre en œuvre des mesures de protection ciblées. Ce mode de travail peut aussi être transposé dans d'autres villes, par exemple à Bâle, Berne, Genève, Lausanne et Winterthour.

Selon le rapport, il s'agit avant tout d'une tâche relevant des cantons. L'idée d'un financement par la Confédération des mesures de protection est rejetée. Il n'existe pas de base légale pour ce faire.

Il faudrait aller jusqu'à modifier la Constitution, ce qui prendrait des années sans être sûr du résultat. En outre, il faudrait alors prendre aussi en compte les demandes d'autres communautés religieuses.

Critiques des organisations juives

Dans un communiqué, la Fédération suisse des communautés israélites et la Plateforme des juifs libéraux de Suisse critiquent le manque de motivation de l'Etat à intervenir. La proposition faite à la communauté juive de créer une fondation prenant en charge les frais occasionnés par ses propres mesures de sécurité est jugée inacceptable.

Dans la plupart des pays voisins de la Suisse, les frais des mesures de sécurité sont assumés en grande partie par l'État, qui met en outre à disposition du personnel de protection, soulignent les institutions faîtières.

Plusieurs commautés

La Suisse compte quelque 18'000 personnes de confession juive, principalement à Zurich et dans d'autres grandes agglomérations telles que Bâle ou Genève. Plus de 80 % possèdent la nationalité suisse.

Ces communautés disposent de synagogues et de lieux de culte ainsi que d'écoles et de jardins d'enfants. Il existe des cimetières juifs dans près de la moitié des cantons. Selon une enquête menée entre 2010 et 2015, environ 10% de la population suisse a des opinions anti-juives et 28% adhère aux clichés anti-juifs.

L'évolution du conflit israélo-palestinien peut conduire à une recrudescence d'attaques antisémites, notamment sur les réseaux sociaux, comme cela été le cas en été 2014. Et désormais la menace djihadiste s'est renforcée.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes