Bilan positif d'un projet de formation en santé pour migrants

Insérer les migrants au marché du travail est souvent difficile. Un projet-pilote, mis sur ...
Bilan positif d'un projet de formation en santé pour migrants

Bilan positif d'un projet de formation en santé pour migrants

Photo: Keystone

Insérer les migrants au marché du travail est souvent difficile. Un projet-pilote, mis sur pied par le Secrétariat d'Etat aux migrations et la Croix-Rouge dans le domaine des soins, donne des résultats encourageants. Prévu de 2015 à 2018, il pourrait être pérennisé.

A ce jour, 360 personnes ont profité de cette formation d'auxiliaire de santé, dont 114 réfugiés reconnus et 62 personnes admises à titre provisoire, a indiqué lundi la Croix-Rouge suisse (CRS). Axé sur la pratique, ce projet baptisé SESAME est facile d'accès.

Les cours comportent une partie théorique d'une durée de 120 heures et un stage de 12 jours, des étapes à chaque fois soumises à une validation. Ils permettent une insertion rapide sur le marché du travail de par leur courte durée et peuvent constituer le point de départ d'une vie financière autonome, note la CRS.

L'accès à la formation est conditionné à une maîtrise de la langue au niveau B1 ainsi qu'à un entretien d'admission permettant d'évaluer les aptitudes personnelles. L'expérience a déjà montré que toutes les formations ont mis l'accent sur l'apprentissage de la langue ainsi que sur le suivi individuel.

Contacts avec les institutions

Jusqu'à présent, 53 offres de formation et de mesures de soutien individuelles ont été développées par les associations cantonales de la Croix-Rouge. Pour faciliter l'engagement des personnes ayant suivi ces cours, la CRS a largement communiqué auprès des délégués cantonaux à l'intégration et d'institutions comme Curaviva ou Spitex.

Les premiers pas du projet ont montré la difficulté à faire face à l'hétérogénéité des participants, que ce soit lié à leurs aptitudes professionnelles, la langue ou leur culture. Souvent la durée de l'apprentissage de la langue se révèle plus longue que prévu.

Malgré ces difficultés, le programme est un véritable succès et motive les personnes impliquées à continuer. Le programme de quatre ans a reçu un million de francs du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) et un million de la Croix-Rouge suisse.

/ATS
 

Actualités suivantes