Blâme écrit pour le chef du service valaisan de l'enseignement

Jean-Marie Cleusix, chef du service valaisan de l'enseignement, se voit infliger un blâme écrit ...
Blâme écrit pour le chef du service valaisan de l'enseignement

Blâme écrit pour le chef du service valaisan de l'enseignement

Photo: Keystone

Jean-Marie Cleusix, chef du service valaisan de l'enseignement, se voit infliger un blâme écrit par le Conseil d'Etat. L'enquête disciplinaire a conclu qu'il a violé les devoirs de loyauté et de fidélité et l'obligation de réserve, a indiqué l'Etat du Valais.

Luke Gillon, expert indépendant mandaté par le gouvernement valaisan, estime que Jean-Marie Cleusix a violé les devoirs de loyauté et de fidélité en usurpant l'image du service de l'information de l'Etat du Valais. Il a utilisé partiellement une stagiaire de ce service à des fins privées.

Le chef du service cantonal de l'enseignement a également 'violé l'obligation de réserve dans le ton et dans les mots figurant dans un 'blog' et un communiqué de presse'. Comme conseillé par l'expert, Jean-Marie Cleusix recevra donc un blâme écrit, l'analyse juridique ne permettant pas d'infliger une autre peine, a indiqué le canton.

Le Conseil d'Etat renonce en revanche à sanctionner le secrétaire de la Commission cantonale de recours en matière fiscale (CCR). L'expert Luke Gillon a estimé que les affaires où des problèmes de prescription d'impôts sont posées 'seraient en soi inacceptables et dénotent dans certains cas un manque de diligence'.

Toutefois, comme tous les cas, sauf un, sont atteints par la prescription relative, 'ils ne peuvent donner lieu à une mesure disciplinaire'. Quant au seul cas non prescrit, il ne révèle pas de manquement pouvant donner lieu à une mesure disciplinaire, a estimé l'expert.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes