Bürgenstock: le président letton se dit « positivement surpris »

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit 'positivement surpris' après la conférence de ...
Bürgenstock: le président letton se dit « positivement surpris »

Bürgenstock: le président letton se dit

Photo: KEYSTONE/AP/Urs Flueeler

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit 'positivement surpris' après la conférence de paix sur l'Ukraine au Bürgenstock (NW). La Suisse a apporté une contribution importante avec ce sommet, a déclaré Rinkevics dans une interview.

Il était important de ramener l'Ukraine sur la scène mondiale, a déclaré M. Rinkevics dans une interview publiée lundi par Tamedia.

Selon le président letton, le fait que la Suisse ait réalisé le sommet avec l'Ukraine et d'autres pays partageant les mêmes idées a montré qu'elle pouvait encore jouer son rôle de partenaire dans les négociations. 'Je souligne également le fait qu'elle se soit associée à certaines sanctions internationales', a-t-il déclaré.

Selon M. Rinkevics, la conférence s'est mieux déroulée que prévu. Il y a eu des tentatives pour empêcher les pays du Sud d'y participer, mais cela n'a pas réussi.

L'année perdue 2024

Edgards Rinkevics ne s'attend pas à une nouvelle conférence cette année. Beaucoup va dépendre désormais du processus diplomatique, a-t-il déclaré. Une des questions centrales reste de savoir comment intégrer la Chine. 'Mais je ne suis pas naïf : 2024 est pour moi une année perdue', a-t-il dit.

La grande majorité des participants à la conférence sur l'Ukraine ont demandé, à la fin de la rencontre, la participation de 'toutes les parties' à un processus de paix. Ils sont toutefois restés divisés sur les questions clés, à savoir quand et comment la Russie devrait être impliquée.

Selon les estimations de M. Rinkevics, la Russie attend les élections américaines avant de prendre des décisions. Il a aussi relevé les nouvelles élections en France, la composition encore incertaine de la Commission européenne et la réalité militaire en Ukraine. 'A mes yeux, les Russes n'ont pas intérêt à provoquer de grands changements avant la fin de l'année', a déclaré Edgards Rinkevics.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus