Cambriolage mortel à Metzerlen SO: de longues peines de prison

La justice soleuroise condamne deux hommes à 19 ans et 17 ans et huit mois de prison pour l'assassinat ...
Cambriolage mortel à Metzerlen SO: de longues peines de prison

Cambriolage mortel à Metzerlen SO: de longues peines de prison

Photo: KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

La justice soleuroise condamne deux hommes à 19 ans et 17 ans et huit mois de prison pour l'assassinat d'un politicien local à Metzerlen (SO) en 2010. Soupçonnés d'appartenir au gang international des 'Pink Panters', ils ont tué le septuagénaire lors d'un cambriolage.

Le crime de Metzerlen est resté longtemps non élucidé. En 2011, l'enquête a mené la police sur la piste d'un Serbe qui se trouvait à ce moment-là en prison à l'étranger. Il a finalement pu être arrêté en Suisse en 2017. Deux mois plus tard, un Néerlandais d'origine serbe a été arrêté en France dans le cadre d'une opération coordonnée et il a été extradé vers la Suisse.

Dans son jugement rendu lundi, le Tribunal de district de Dorneck-Tierstein (SO) a condamné le Serbe de 44 ans à 19 ans de prison et le Néerlandais de 41 ans à 17 ans et huit mois. Comme aucun butin n'a été fait lors du cambriolage, ils ont également été condamnés pour tentative de vol en bande organisée, en plus de l'assassinat. Les deux hommes se trouvent déjà en détention.

La Cour a aussi sanctionné le cerveau du cambriolage, un Serbe, à quatre ans et sept mois de prison pour tentative de vol en bande organisée. Cet homme de 67 ans était accusé d'avoir recommandé au duo de cambrioler le septuagénaire et de les avoir aidés à s'échapper.

'Particulièrement peu scrupuleux'

La Cour a largement suivi le réquisitoire du procureur, alors que la défense avait réclamé, en vain, l'acquittement des prévenus par manque de preuves. Le verdict peut toutefois encore faire l'objet d'un appel.

Selon le tribunal, l'homme de 44 ans et celui de 41 ans ont agi de manière 'particulièrement peu scrupuleuse' et ont traité leur victime de façon extrêmement brutale. Leurs actions témoignent d'un grand égoïsme. Les trois auteurs n'ont montré aucun remords.

Un mort, pas de butin

Le 14 mars 2010, les deux accusés ont commis un cambriolage au domicile du politicien local de 71 ans. Le Serbe et le Néerlandais ont ligoté le septuagénaire et l'ont violemment frappé à la tête au moins huit fois avec un objet contondant et tranchant. Grièvement blessée à la tête, la victime est morte quatre mois plus tard à l'hôpital.

Déjà condamnés précédemment en France, les deux prévenus n'ont fait aucune déclaration durant leur procès. Ils n'ont jamais avoué. Selon le procureur, ils espéraient trouver dans la maison des objets de valeur et des millions de francs en espèces, mais ils sont repartis sans butin.

Traces d'ADN et témoin protégé

Sur la scène du crime, les enquêteurs ont trouvé un foulard sur lequel il y avait des traces ADN du Serbe. Ce même profil ADN a aussi été retrouvé sur des câbles utilisés pour ligoter la victime. De nombreux indices accusent aussi le Néerlandais. Son alibi selon lequel il n'était pas en Suisse au moment du crime ne tient pas, selon le procureur.

Un témoin protégé a aussi été interrogé par visioconférence pendant le procès. Il a affirmé qu'il avait conduit les deux accusés à plusieurs reprises de Serbie en Suisse et qu'ils lui avaient parlé du crime de Metzerlen.

Bijouterie attaquée également

Les deux hommes ont aussi braqué une bijouterie à Wettingen (AG) en 2010 et emporté un butin estimé à 850'000 francs. Le propriétaire de la bijouterie et une employée ont été menacés avec une arme et ligotés.

Le procès s'est déroulé sans public dans un lieu tenu secret pour des raisons de sécurité. Les médias ont pu le suivre par retransmission vidéo.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus