Candidat PS élu - L'UDC a galvaudé sa première balle de match

La droite n'a pas réussi dimanche à s'emparer de la majorité au gouvernement bernois après ...
Candidat PS élu - L'UDC a galvaudé sa première balle de match

Candidat PS élu - L'UDC a galvaudé sa première balle de match

Photo: Keystone

La droite n'a pas réussi dimanche à s'emparer de la majorité au gouvernement bernois après l'élection du socialiste Christoph Ammann. Il y aura un 2e tour pour désigner le représentant du Jura bernois, aucun des trois candidats n'ayant obtenu la majorité absolue.

Il faudra attendre le 2e tour le 3 avril pour savoir si l'UDC pourra faire basculer la majorité du Conseil-exécutif et mettre ainsi fin à dix ans de règne de la gauche. C'est le candidat du Jura bernois qui fera pencher la balance, la constitution garantissant l'un des sept sièges à la minorité francophone.

Les Bernois étaient appelés aux urnes pour désigner les successeurs des conseillers d'Etat socialistes Philippe Perrenoud et Andreas Rickenbacher. La coalition rose-verte détient depuis 2006 la majorité au sein d'un gouvernement qui compte 3 socialistes, 1 Vert, 1 UDC, 1 PBD et 1 PLR.

Au premier tour, seul le socialiste Christoph Ammann a été élu avec 182'476 voix alors que la majorité absolue était fixée à 181'084 voix. Il devance l'UDC Lars Guggisberg qui recueille 176'219 voix. L'UDC avait fait la course en tête avant la publication des résultats de l'arrondissement urbain de Berne.

Candidat du Jura bernois

Premier des candidats francophones, l'UDC Pierre-Alain Schnegg termine à la 3e place avec 154'217 voix. Le député de Champoz a également réalisé le meilleur score dans le Jura bernois. Mais comme il n'a pas obtenu la majorité absolue, il n'a pas été élu. Il estime que son résultat constitue une bonne base pour le 2e tour. 'Mais rien n'est gagné', a-t-il ajouté.

Le second candidat socialiste, le député au Grand Conseil Roberto Bernasconi se classe au 4e rang avec 152'081 voix. Les deux autres candidats sont largement distancés. La participation s'est élevée à 52,7%.

Il est probable que des électeurs du PLR comme du Parti bourgeois-démocratique (PBD) n'ont pas soutenu le ticket UDC Schnegg-Guggisberg pour ne pas avoir trois élus de ce parti au Conseil-exécutif. Lors des élections générales en 2018, il y aurait alors eu trois ministres UDC sortants en lice.

Moyenne géométrique

Tout se jouera donc le 3 avril entre les candidats francophones Pierre-Alain Schnegg et Roberto Bernasconi. Nettement battu, le 3e candidat francophone Patrick Gsteiger n'a pas encore décidé s'il se représentait. La mobilisation jouera un rôle déterminant le 3 avril où il n'y aura aucune votation fédérale.

Pour être élu, le candidat qui succédera à Philippe Perrenoud devra obtenir la majorité absolue mais aussi la meilleure moyenne géométrique. Ce système de calcul accorde plus de poids à une voix obtenue dans le Jura bernois que dans le reste du canton.

La moyenne géométrique prend la racine carrée du produit des voix obtenues par un candidat dans le Jura bernois parle total des voix engrangées dans l'ensemble du canton. Ce modèle permet d'éviter que la majorité alémanique n'impose son choix à la minorité francophone.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes