Corina Casanova va quitter sa fonction à la fin de l'année

Les partis peuvent commencer à fourbir leurs armes. La chancelière de la Confédération Corina ...
Corina Casanova va quitter sa fonction à la fin de l'année

Corina Casanova va quitter sa fonction à la fin de l'année

Photo: Keystone

Les partis peuvent commencer à fourbir leurs armes. La chancelière de la Confédération Corina Casanova cédera son poste à la fin 2015. La PDC grisonne a annoncé ne pas être candidate pour un troisième mandat lors du renouvellement du Conseil fédéral le 9 décembre.

La nouvelle, inattendue, n'a fait l'objet lundi que d'un bref communiqué de la Chancellerie fédérale. La principale intéressée n'a pas souhaité se déplacer devant les médias, contrairement à l'usage qui prévaut pour les conseillers fédéraux.

Corina Casanova, qui fêtera ses 60 ans en janvier prochain, a fait part de sa décision au président du Conseil national Stéphane Rossini lundi matin. Après huit ans à la tête de la Chancellerie fédérale, elle considère qu'il est temps de céder sa place à de nouvelles forces, a-t-elle fait savoir à l'ats.

Figure réservée de la politique fédérale, la démocrate-chrétienne est en fonction depuis le 1er janvier 2008, date à laquelle elle avait succédé à la radicale Annemarie Huber-Hotz.

Poste en jeu

Sa démission va aiguiser les appétits. Au gré des nouvelles forces issues des élections fédérales du 18 octobre, certains partis vont tenter de revendiquer le siège parfois considéré comme celui du 'huitième conseiller fédéral'.

Tout en saluant cette 'grande personnalité qui s'est toujours montrée loyale envers le Conseil fédéral et la Suisse', le PDC n'a pas revendiqué le siège. Le parti évaluera en temps voulu une éventuelle candidature, a-t-il précisé via un communiqué.

La chancelière, qui figure toujours un peu en retrait sur les photos du Conseil fédéral, dirige l'état-major du gouvernement. Elle participe aux séances hebdomadaires de l'exécutif, secondée par les vice-chanceliers. Elle a une voix consultative et peut faire des propositions.

Avant d'accéder à la tête de cette unité comptant quelque 250 collaborateurs, Corina Casanova avait été vice-chancelière de 2005 à 2007, secrétaire générale suppléante au Département des affaires étrangères, collaboratrice personnelle du conseiller fédéral Joseph Deiss et travaillé aux Services du Parlement.

Sous sa responsabilité, la Chancellerie fédérale a conduit d’importantes réformes visant à soutenir efficacement l’activité du gouvernement, a-t-elle indiqué dans un communiqué. La digitalisation des prestations de l’Etat a fortement progressé.

/ATS


Actualisé le