De fortes taxes réduisent la consommation de tabac, selon une étude

De fortes taxes et un prix élevé des cigarettes vont de pair avec une baisse de la consommation ...
De fortes taxes réduisent la consommation de tabac, selon une étude

De fortes taxes réduisent la consommation de tabac, selon une étude

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

De fortes taxes et un prix élevé des cigarettes vont de pair avec une baisse de la consommation de tabac, selon une étude. La Suisse est le pays européen où la charge fiscale globale sur les cigarettes est la plus faible. Cela doit changer, exigent deux associations.

Après l'Allemagne, la Suisse a en outre les mesures de contrôle du tabac les plus faibles, selon une étude comparative présentée mercredi à Berne par la Ligue pulmonaire suisse, l'Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT) et la Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), basée à Winterthour (ZH).

L'étude de la ZHAW, réalisée sur mandat de l'AT et de la Ligue pulmonaire, souligne qu'en comparaison européenne, la Suisse présente un environnement favorable à la consommation de tabac. La charge fiscale sur les cigarettes est globalement faible, de même que leur prix corrigé du pouvoir d'achat.

Le score de la Suisse au 'Tobacco Control Scale' est également bas. Cet indicateur prend en compte les mesures de réglementation des prix, les interdictions de fumer dans les lieux publics, les dépenses des campagnes d'information, les interdictions de publicité, les avertissements sanitaires, ou encore les efforts de lutte contre le tabagisme.

Concernant la prévalence du tabagisme et la consommation de cigarettes, la Suisse se situe dans la moyenne européenne.

Des taxes dissuasives pour les jeunes

Dans un environnement relativement favorable à la consommation de cigarettes et lorsque leur prix est bas, comme en Suisse, un impôt plus élevé sur le tabac va en moyenne de pair avec une consommation plus faible, relève l'étude de la ZHAW.

De fortes taxes sur le tabac et les prix plus élevés qui en découlent ont en effet particulièrement fort chez les jeunes, notent les deux organisations. En cas d'augmentation des prix, la consommation de tabac diminue deux à trois fois plus chez les jeunes que chez les adultes.

Des prix plus élevés empêchent en outre les jeunes de commencer à consommer du tabac. Selon un modèle de calcul basé sur des données, il est possible de démontrer qu'une hausse de 10% des prix peut entraîner une baisse de la consommation allant jusqu'à 9%.

Dissuader les nouveaux fumeurs

Selon les chercheurs, de nombreux fumeurs, dans un environnement relativement favorable à la consommation de tabac, continuent à fumer, mais nettement moins lorsque les impôts sur le tabac - et donc les prix - augmentent.

Dans un environnement où le tabagisme est interdit dans de nombreux endroits, où peu de publicité peut être faite pour les cigarettes et où les taxes et les prix augmentent, les jeunes commencent en outre moins souvent à fumer. De nombreux fumeurs ont également davantage tendance à arrêter.

Les fumeurs restants, qui semblent être davantage dépendants au tabac, continuent à fumer à peu près autant, même si les prix des cigarettes augmentent, constate l'étude.

Révision de la loi exigée

Pour réduire le taux de fumeurs en Suisse, qui se maintient à un niveau élevé depuis des années, les deux organisations estiment qu'une révision complète de la loi sur l'imposition du tabac s'impose. Celle-ci doit de toute manière être révisée suite à une motion sur l'imposition des cigarettes électroniques.

Selon la Ligue pulmonaire et l'Association suisse pour la prévention du tabagisme, des taxes élevées sont une mesure nécessaire, mais pas suffisante. Un ensemble de mesures de contrôle du tabac sont nécessaires.

Le 13 février prochain, le peuple s'exprimera sur l'initiative 'Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac (enfants et jeunes sans publicité pour le tabac)'. Elle a pour objectif d’interdire toute publicité pour le tabac là où des enfants ou des adolescents peuvent la voir.

/ATS