L'ex-secrétaire général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali est décédé

L'ancien secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros-Ghali est mort à 93 ans, a annoncé ...
L'ex-secrétaire général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali est décédé

L'ex-secrétaire général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali est décédé

Photo: Keystone

L'ancien secrétaire général des Nations unies Boutros Boutros-Ghali est mort à 93 ans, a annoncé mardi la présidence du Conseil de sécurité. Le diplomate égyptien avait dirigé l'ONU entre 1992 et 1996, en plein conflit au Rwanda et en ex-Yougoslavie.

Sa mort a été annoncée par l'ambassadeur vénézuélien Rafael Dario Ramirez Carreno, qui préside ce mois-ci le Conseil de sécurité. 'Nous avons été informés que l'ancien secrétaire général Boutros Boutros-Ghali est décédé', a-t-il déclaré au Conseil. Les membres présents ont observé un moment de silence en sa mémoire.

Selon un porte-parole des Nations unies, Boutros Boutros-Ghali s'est éteint au Caire. L'actuel secrétaire général Ban Ki-moon a salué la mémoire d'un 'homme d'Etat respecté' et d'un 'dirigeant mémorable' de l'ONU.

M. Ban a souligné que Boutros Boutros-Ghali avait 'eu le courage de poser des questions difficiles aux pays membres et qu'il insistait à juste titre sur l'indépendance de sa fonction'.

Accords de Camp David

Né le 14 novembre 1922 au Caire, Boutros Boutros-Ghali était issu d'une grande famille de la minorité chrétienne copte d'Egypte. Son grand-père, assassiné en 1910, avait été Premier ministre. Après avoir fait la majeure partie de ses études à Paris, il était devenu professeur de droit à l'université du Caire et avait publié de nombreux ouvrages traitant des relations internationales.

M. Boutros-Ghali avait ensuite été nommé ministre d'Etat aux Affaires étrangères en octobre 1977. Durant ses 14 ans en poste, il a notamment joué un rôle-clef dans la conclusion des accords de paix égypto-israéliens de Camp David (1978), puis du traité de paix (1979). Spécialiste des rapports Nord-Sud, il avait été le principal artisan de la politique africaine de l'Egypte.

De L'ONU à la Francophonie

Elu à l'ONU dans l'euphorie de la fin de la Guerre froide et de l'après guerre du Golfe, il a dû faire face à de sérieuses crises, avec des conflits en ex-Yougoslavie, en Somalie, au Moyen-Orient et le génocide au Rwanda.

Après la mort en Somalie de 18 soldats américains fin 1993 et les reculades des Nations unies dans les dossiers de l'ex-Yougoslavie et du Rwanda, il avait été pris comme bouc émissaire. Les Etats-Unis avaient même mis un veto à sa réélection.

Après son passage aux Nations unies, ce brillant intellectuel francophone et francophile avait été le premier Secrétaire général de la Francophonie, de 1997 à 2002.

'Altermondialiste'

Dans un communiqué, l'actuelle Secrétaire générale de l'organisation (OIF), la Canadienne Michaëlle Jean, a exprimé mardi 'sa profonde et très grande tristesse' et a présenté ses condoléances 'à son épouse et sa famille ainsi qu'au peuple égyptien'. 'Je tiens à rendre hommage à un homme qui a oeuvré sans relâche pour la paix dans le monde, pour la démocratie, les droits et les libertés', écrit encore Mme Jean.

'On ne dira jamais assez les efforts inlassables qu'il a déployés, tout au long de sa carrière universitaire, politique, diplomatique, pour faire connaître, respecter, progresser ces valeurs universelles. Altermondialiste, il avait une vision moderne et équitable du développement des pays du Sud.'

En Suisse à plusieurs reprises

A l'Unesco, l'hommage était aussi appuyé: 'Boutros Boutros-Ghali a consacré sa vie à promouvoir des idéaux d'un monde plus juste, plus pacifique et plus équitable, d'une 'mondialisation démocratique' et de la solidarité Sud-Sud', a déclaré mardi Irina Bokova, directrice générale de branche de l'ONU chargée de promouvoir la paix par l'éducation, la science et la culture.

M. Boutros-Ghali s'était rendu en Suisse à plusieurs reprises, tant comme dirigeant de l'ONU que de la Francophonie. Il avait notamment rencontré le chef de la diplomatie helvétique Joseph Deiss et le président de la Confédération Flavio Cotti.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus