Démocratie économique: le PS persiste et signe

Le renvoi du papier de position controversé sur la 'démocratie économique' a échoué. L'aile ...
Démocratie économique: le PS persiste et signe

Démocratie économique: le PS persiste et signe

Photo: Keystone

Le renvoi du papier de position controversé sur la 'démocratie économique' a échoué. L'aile droite du PS n'a pas réussi à convaincre l'ensemble du parti, réuni samedi en congrès à Thoune (BE).

Ce texte crée la controverse dans le parti depuis plusieurs semaines. Il préconise d'édicter une loi pour permettre la représentation des salariés dans les organes de décision des entreprises, de favoriser les coopératives d'habitations et l'achat de terrain par des collectivités publiques. Il prévoit encore d'étendre le service public.

Les thèses sont jugées trop à gauche par des poids lourds alémaniques du parti. Un groupe mené par les conseillers aux Etats Pascale Bruderer Wyss (AG) et Daniel Jositsch (ZH) demandait le renvoi de ce papier de position.

Jargon politicard

Devant un demi-millier de délégués rassemblés à Thoune, Pascale Bruderer a dit qu'elle ne souhaitait pas contribuer à la division du parti. Elle a demandé que le papier de position soit revu de manière à mieux coller à l'ensemble du PS et pour qu'il soit mieux ancrer dans la réalité.

La conseillère nationale bernoise Evi Allemann a critiqué le fait que le défi de la numérisation ne soit pas mentionné. 'Ce domaine doit figurer en tête liste de notre agenda', a-t-elle souligné. Le texte est rédigé dans un jargon politicard qui date, a-t-elle poursuivi: 'On peut faire mieux'.

'Tourné vers l'avenir'

De nombreux intervenants sont ensuite montés à la tribune pour défendre la vision distillée dans le document. La politique de l'emplâtre sur une jambe de bois, menée jusqu'ici, ne suffit plus, a imagé la conseillère nationale zurichoise Mattea Meyer: 'il ne suffit pas que l'Etat intervienne quand l'économie a des ratés'.

Pour la Zurichoise, le papier de position met le doigt 'sur la répartition inégale du pouvoir' au sein de l'économie. Il n'est pas 'utopique', mais 'courageux et tourné vers l'avenir'.

Le président du parti Christian Levrat est intervenu dans le débat. 'La direction du parti veut davantage de démocratie dans l'économie: 'pas plus, pas moins'.

Multinationales montrées du doigt

Pour le Fribourgeois, le PS ne veut pas relancer 'la lutte des classes' avec ce texte. 'La lutte des classes actuelle n'est pas menée par des travailleurs déchaînés, mais par des multinationales féodales, qui ont leur bureau à New York, Dubaï et Genève.'

Si le débat fut houleux, le résultat a été clair. Les délégués ont suivi la direction du PS et refusé de renvoyer le papier de position par 375 voix contre 59. Le réglage fin se poursuit et plus de 30 amendements sont encore en discussion.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus