Depuis la Gruyère (FR), cap nord-est pour 21 équipes de 13 pays

Les 21 ballons à gaz participant à la prestigieuse compétition internationale Gordon Bennett ...
Depuis la Gruyère (FR), cap nord-est pour 21 équipes de 13 pays

Depuis la Gruyère (FR), cap nord-est pour 21 équipes de 13 pays

Photo: Keystone

Les 21 ballons à gaz participant à la prestigieuse compétition internationale Gordon Bennett ont décollé vendredi de l'aérodrome de la Gruyère (FR). Selon les prévisions météo, les vents les amèneront vers le nord-est, en direction de l'Allemagne puis de la Pologne.

Le départ s'est déroulé dans les meilleures conditions, devant près de 15'000 spectateurs, selon les organisateurs qui parlent d'un 'succès énorme'. L'aventurier-scientifique Bertrand Piccard était présent, participant activement aux décollages.

Le principe de cette compétition plus que centenaire est de parcourir dans les airs le plus grand nombre de kilomètres, au gré des vents. Il n'y a pas de limite de temps. La distance est calculée en ligne droite entre les points de décollage et d'atterrissage.

Grâce aux GPS installés à bord des ballons, tout le monde peut suivre en direct leurs trajectoires, soit de chez soi sur internet, ou via les écrans installés sur le site du décollage. Ce dernier accueille jusqu'à dimanche une fête des sports aériens, avec un spectacle son et lumière et diverses autres animations.

Couloir étroit

Les organisateurs soulignent que, pour les pilotes, la course s'annonce particulièrement exigeante au niveau du respect des espaces aériens contrôlés. Notamment pour les équipages qui tenteront de passer par le couloir très étroit entre la Biélorussie et l'enclave de Kaliningrad pour se diriger vers la Lituanie.

Les participants viennent de 13 pays: Suisse, France, Belgique, Allemagne, Autriche, Espagne, Royaume-Uni, République Tchèque, Lituanie, Pologne, Etats-Unis, Australie et Japon. Ils ont décollé les uns après les autres dès 19h30 sur les airs de leurs hymnes nationaux respectifs. L'ordre de départ avait été tiré au sort.

Trois équipages suisses

Les Britanniques John Rose et Colin Butter ont décollé en premier. Quant aux Suisses: l'équipage fribourgeois est parti en 10e position (Laurent Sciboz et Nicolas Tièche), le thurgovien en 18e (Kurt Frieden et Pascal Witprächtiger) et le zurichois a fermé la marche (Walter Gschwendtner et Max Krebs).

L'équipage thurgovien a remporté les éditions 2010, 2015 et 2016. L'année dernière, d'Allemagne, il a rallié la Grèce en parcourant environ 1800 kilomètres en 58 heures. L'équipage fribourgeois a pour sa part terminé au deuxième rang l'an passé, ayant atterri en Italie après 1590 kilomètres et plus de 51 heures.

20'000 m3 d'hydrogène

Les ballons à gaz sont gonflés à l'hydrogène, plus léger que l'air. Pour monter, on lâche du sable. Pour descendre, on libère du gaz. L'autonomie des ballons est plus grande que celle des montgolfières qui, elles, sont gonflées à l'air chaud.

Ils sont en revanche beaucoup plus petits. Chaque ballon participant à la Gordon Bennett décolle avec 1000 m3 d'hydrogène, alors qu'une montgolfière moyenne contient en principe quelque 3000 m3 d'air.

La première Gordon Bennett a eu lieu en 1906 à Paris, puis dans différents pays. Elle s'est déroulée plusieurs fois en Suisse, notamment sur sols genevois (2009) et saint-gallois (2012). Le pays des vainqueurs d'une édition organise la course deux ans plus tard. L'édition 2018 aura lieu à nouveau en Suisse, sur sol bernois.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus