Des cabanes en bois pour loger des réfugiés à Zurich

Trente réfugiés ont emménagé lundi dans des cabanes en bois aggloméré, installées dans une ...
Des cabanes en bois pour loger des réfugiés à Zurich

Des cabanes en bois pour loger des réfugiés à Zurich

Photo: Keystone

Trente réfugiés ont emménagé lundi dans des cabanes en bois aggloméré, installées dans une halle de la Foire de Zurich. Quelque 220 autres seront prochainement logés à la même enseigne, après la tentative infructueuse de les installer dans des maisonnettes Ikea.

Les réfugiés, qui proviennent de Syrie, d'Erythrée, d'Afghanistan et d'Irak, vont progressivement s'installer dans la halle 9. Jusqu'à présent, ils étaient logés dans un centre cantonal.

Les cabanes offrent un confort spartiate: quatre lits, quatre armoires, une table et des chaises, et des ouvertures grillagées qui laissent passer la lumière du jour, mais pas de fenêtre.

De quoi offrir le minimum vital, a indiqué à la presse Thomas Kunz, directeur de l'AOZ, une organisation d'aide aux réfugiés. Conserver sa sphère privée reste possible, selon lui.

Ces cabanons ne sont qu'une solution transitoire. Les réfugiés logeront dans la halle plusieurs semaines, voire plusieurs mois, tant que la ville de Zurich n'a pas trouvé d'autres logements.

Alternative à la cabane en plastique

Les structures, composées de plaques ignifuges en bois aggloméré, remplacent des cabanes en plastique conçues par le groupe Ikea et le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR).

Des tests menés par l'établissement cantonal contre les incendies à la mi-décembre avaient révélé que les maisonnettes en plastique prenaient feu trop rapidement.

L'AOZ et la ville de Zurich ont donc remplacé les maisonnettes Ikea par des cabanes en bois aggloméré qui ont passé avec succès le test anti-incendie. Thomaz Kunz se félicite qu'une alternative ait pu être trouvée rapidement.

Si les cabanes en bois sont similaires par leur taille et leur structure aux installations développées par Ikea et le HCR, leur coût est toutefois nettement plus important. Leur montant - 3800 francs par cabane - est le triple que ce qui était prévu pour les maisonnettes Ikea (1200 francs).

Les cabanes en plastique ont été démontées. Leur futur est incertain: pour l'heure, elles sont stockées dans un entrepôt.

La ville de Zurich aimerait les rendre à Ikea et être remboursée. Mais les négociations pour se faire n'ont pas encore débuté. 'Nous avons mis toute notre énergie à trouver une alternative', a assuré Thomas Kunz.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus