Dominique Warluzel confronté à la femme sur qui il a tiré

Le célèbre avocat genevois Dominique Warluzel, prévenu de tentative de meurtre, reste en détention ...
Dominique Warluzel confronté à la femme sur qui il a tiré

Dominique Warluzel confronté à la femme sur qui il a tiré

Photo: Keystone

Le célèbre avocat genevois Dominique Warluzel, prévenu de tentative de meurtre, reste en détention préventive. Une demande de libération est pour le moment prématurée, a fait savoir mardi Pascal Maurer, l'un de ses défenseurs.

Dominique Warluzel a été confronté pendant plus de 4 heures dans le bureau du procureur à la femme avec qui l'ancienne star du barreau s'était disputée dans une chambre de l'hôtel genevois de la Réserve. Au terme de cette dispute, Dominique Warluzel avait tiré un coup de feu avec un revolver.

Divergences

La confrontation s'est déroulée dans un climat serein, a fait savoir M.Maurer. Selon ce dernier, il existe de petites divergences dans les versions. Dominique Warluzel affirme que la femme n'était plus dans la chambre lorsqu'il a tiré. L'aide-soignante, en revanche, prétend qu'elle se trouvait dans l'encadrement de la porte.

Les défenseurs de Dominique Warluzel estiment normal que cette femme soit dédommagée. L'ancien ténor du barreau, fortement diminué physiquement et psychologiquement après un accident vasculaire cérébral début 2013, ne se souvient plus de tous les détails, mais il ne conteste pas avoir tiré un coup de feu.

Dominique Warluzel a été placé voilà une dizaine de jours en détention provisoire par la justice pour une durée de trois mois. Vu son état de santé, il se trouve dans le quartier cellulaire des Hôpitaux universitaires de Genève. Une demande de mise en liberté devrait être formulée assez rapidement par ses avocats.

Mobilité très réduite

'Il faut trouver des alternatives pour pallier le risque de fuite et le risque de réitération', a expliqué M.Maurer. Dominique Warluzel se déplace dans une chaise roulante. Il a toujours besoin d'être accompagné par deux personnes lors de ses voyages.

Du côté de l'enquête, un témoin doit encore être entendu par le procureur. La justice genevoise a aussi ordonné une expertise psychiatrique, une expertise balistique et une expertise toxicologique, Dominique Warluzel prenant de nombreux médicaments.

L'établissement de ces expertises ne nécessite cependant pas de garder en détention une personne, a fait savoir M.Maurer.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus