Eclaircissements supplémentaires demandés dans l'affaire Berset

Les commissions de gestion des Chambres fédérales demandent des éclaircissements supplémentaires ...
Eclaircissements supplémentaires demandés dans l'affaire Berset

Eclaircissements supplémentaires demandés dans l'affaire Berset

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les commissions de gestion des Chambres fédérales demandent des éclaircissements supplémentaires dans l'affaire de la tentative de chantage contre le conseiller fédéral Alain Berset. Elles se penchent notamment sur une éventuelle utilisation abusive de fonds fédéraux.

'Après la découverte de nouvelles informations, il a été décidé que différentes sous-commissions se pencheraient sur les questions ouvertes', a déclaré Daniel Fässler (Centre/AI), membre de la commission de gestion du Conseil des Etats, contacté par Keystone-ATS.

'Cela concerne l'utilisation de l'unité spéciale 'Tigris' d'une part et l'utilisation privée du personnel du Conseil fédéral ainsi que des véhicules fédéraux d'autre part'. Toutefois, la décision de faire la lumière sur ces questions 'n'a pas le caractère d'une condamnation par anticipation'.

Un calendrier fixe pour la date à laquelle les résultats devraient être disponibles n'a pas été établi. 'Cela tient aussi au fait que nous ne savons pas quels sujets supplémentaires pourraient être mis sur la table', a expliqué M. Fässler. 'Mais la volonté de créer de la clarté avec un rapport dès que possible est là.'

Le détail des votes en faveur de la décision ne sera pas divulgué, a ajouté le politicien.

Rendu public en 2020

Des investigations sont déjà en cours concernant la procédure pénale qui a été menée contre la femme ayant tenté de faire chanter M. Berset en 2019, rappellent lundi les services du Parlement. Les commissions de gestion vérifient, en collaboration avec l'Autorité de surveillance du Ministère public de la Confédération, si cette procédure pénale, aujourd'hui close, était conforme aux normes usuelles ou si, en raison de l'identité de la victime, elle ne s'est pas déroulée correctement.

Les commissions souhaitent maintenant vérifier la proportionnalité de l'engagement de l'unité spéciale 'Tigris' de la Police judiciaire fédérale lors de cette procédure pénale. Elles vont aussi se pencher sur les critiques selon lesquelles le conseiller fédéral aurait utilisé des fonds fédéraux de manière abusive.

Pour mémoire, la Weltwoche avait rendu public en novembre 2020 le fait que le Ministère public de la Confédération avait condamné une femme ayant tenté de faire chanter M. Berset à une peine de 150 jours-amende à 30 francs avec un sursis de deux ans. L'ordonnance pénale était exécutoire.

Le Fribourgeois avait ensuite dit qu'il s'agissait d'une 'affaire privée' qui était réglée. Selon cette ordonnance pénale, la femme aurait usé de photos et de correspondance privée entre elle et Alain Berset, exigeant 100'000 francs, avant de retirer sa demande. Elle a signé en juin 2020 une déclaration selon laquelle elle était d'accord que toutes les données soient totalement effacées sur ses appareils utilisés.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus