En Suisse, la plupart des seniors sont indépendants

Environ 90% des personnes de plus de 65 ans et presque 60% des plus de 85 ans vivent chez elles ...
En Suisse, la plupart des seniors sont indépendants

En Suisse, la plupart des seniors sont indépendants

Photo: Keystone

Environ 90% des personnes de plus de 65 ans et presque 60% des plus de 85 ans vivent chez elles. Ces proportions seront conservées à l'avenir, indique jeudi Pro Senectute à l'occasion de la Journée internationale de la vieillesse.

Mettant en garde contre la hausse des coûts et des soins à domicile, la fondation appelle à agir dès à présent. 'La prise en charge va augmenter car en raison du vieillissement démographique, il y a de plus en plus de gens qui deviennent vieux et qui restent vivre chez eux', explique à l'ats Judith Bucher de Pro Senectute Suisse. En 2030, il y aura environ 2,2 millions de personnes en âge de toucher l'AVS, contre 1,4 actuellement.

Pour la fondation, le fait que les personnes âgées vivent plus longtemps chez elles est réjouissant. Il implique néanmoins plusieurs conséquences financières, mises en lumière par une étude du Center for Disability and Integration de la Haute école de Saint-Gall (CDI-HSG).

Celle-ci révèle que les coûts de la santé pour les seniors qui vivent à domicile et ont besoin de soutien vont passer de 7,2 milliards (2012) à 10,5 milliards de francs en 2030. Sur la même période, les coûts des soins stationnaires vont augmenter de 1 milliard pour atteindre 4,4 milliards de francs.

Offre lacunaire

Parallèlement, une étude menée par Pro Senectute met en évidence les lacunes de l'offre dans le secteur de l'aide et des soins à domicile et montre la direction dans laquelle elle doit évoluer. Dans ce domaine 'la Suisse doit relever un défi majeur', précise Werner Schärer, directeur de l'institution.

Pro Senectute n'a pas de solution parfaite à proposer, indique Judith Bucher. Mais il est important que des discussions tant sociétales que politiques soient menées dès maintenant afin de trouver un moyen de répondre aux besoins des futurs seniors. 'Une solution au niveau législatif est possible, mais c'est un long processus', relève-t-elle.

De leur poche

Les prestations de soins à domicile sont prises en charge par l'assurance-maladie, les cantons et les communes. Mais les prestations d'aide et d'assistance (cuisine, lessive, administration) ou les services permettant aux personnes âgées de nouer des contacts ne bénéficient que d'une couverture rudimentaire. Or ce type d'aide est tout indiqué pour de nombreux seniors, surtout s'ils vivent seuls.

Les bénéficiaires doivent payer ces services de leur poche ou compter sur l'aide informelle des proches, connaissances ou voisins, écrit Pro Senectute. Une situation qui défavorise les personnes vulnérables.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus