Etats: la lutte des seconds tours commence

Avec de nombreux seconds tours en vue, la course au Conseil des Etats est loin d'être terminée ...
Etats: la lutte des seconds tours commence

Les manoeuvres des seconds tours au Conseil des Etats ont commencé

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Il faudra attendre le 24 novembre pour connaître la composition du Conseil des Etats. Près de la moitié des sénateurs ne sont pas encore élus. Tous les partis ont leurs cartes à jouer. Les tractations ont débuté et plusieurs décisions sont tombées.

Dimanche soir, 24 des 46 sièges de la Chambre des cantons étaient repourvus. Le PDC, plus fort parti du Conseil des Etats, a enregistré 8 élus. Le PLR peut déjà compter sur 7 sénateurs, le PS et l'UDC sur 3 chacun, les Verts sur 2. S'y ajoute l'indépendant Thomas Minder qui siège avec l'UDC.

La domination du centre-droit ne devrait pas être ébranlée par la marée verte. Le PDC devrait conserver sa position tout comme le PLR. Les Verts, qui n'avaient qu'un seul élu ces quatre dernières années, peuvent espérer décrocher de cinq à six sièges. L'UDC et le PS devraient en faire les frais.

Premier duel en Valais

Quatorze cantons sont dans l'expectative. Six ont fixé à mardi le délai de dépôt des candidatures: Genève, Vaud, Valais, Zoug, Berne et Soleure. Le premier duel du second tour aura lieu le 3 novembre, en Valais.

Le sortant PDC Beat Rieder ne devrait pas être inquiété. Son parti n'est toutefois pas assuré de conserver son second siège. Marianne Maret est arrivée en deuxième position, mais le socialiste Mathias Reynard la talonne. La décision lundi soir du PLR Philippe Nantermod, arrivé quatrième, de retirer sa candidature, ouvre un peu le jeu.

Ce dernier n'a pas donné de recommandation de vote. Mais le fait qu'il habite le Val-d'Illiez comme Mme Maret plaide plutôt pour un report de voix en faveur de la démocrate-chrétienne.

Région lémanique

Dans les cantons de Vaud et Genève, où l'élection est prévue le 10 novembre, les tickets rose-vert sont arrivés en tête.

Lundi soir, le PLR genevois a décidé de maintenir dans la course à la Chambre des cantons Hugues Hiltpold. Le PDC en a fait de même avec sa candidate Béatrice Hirsch. Au soir du premier tour, dimanche, ces deux personnalités accusaient un retard d'environ 15'000 voix sur la verte Lisa Mazzone et le socialiste Carlo Sommaruga.

Ces derniers peuvent compter sur le soutien de Ensemble à gauche, tandis que les Vert'libéraux laissent la liberté de vote, ont fait savoir les partis en fin de soirée. De son côté, l'UDC a décidé de maintenir au deuxième tour la candidature de la conseillère nationale Céline Amaudruz, qui est arrivée juste derrière le ticket PLR-PDC dimanche. Elle a le soutien du MCG.

En terres vaudoises, le candidat PLR sortant Olivier Français, devancé par la verte Adèle Thorens et la socialiste Ada Marra, a obtenu le soutien de l'UDC lundi soir. Il peut également compter sur l'appui des Vert'libéraux qui ont appelé leurs membres à voter pour lui sur un ticket au côté d'Adèle Thorens. Sans surprise, les socialistes et les Verts, également réunis en assemblée, ont reconduit leur ticket commun. Ils ont le soutien du POP.

Suspense à Berne et Fribourg

A Fribourg, où les candidats doivent annoncer un éventuel retrait d'ici mercredi, la question d'un deuxième tour reste ouverte. Les sortants Christian Levrat (PS) et Beat Vonlanthen (PDC) n'ont pas atteint la majorité absolue et pourraient devoir affronter la PLR Johanna Gapany arrivée troisième, voire l'UDC Pierre-André Page.

L'incertitude règne aussi dans le canton de Berne. Le sortant socialiste Hans Stöckli et la présidente des Verts Regula Rytz sont arrivés en tête, mais l'UDC Werner Salzmann les talonne.

Le sort de la ministre des finances Beatrice Simon, quatrième loin derrière et qui tente de sauver le seul siège PBD aux Etats, est incertain. Elle pourrait jeter l'éponge. Les partis devraient annoncer leurs stratégies mardi dans la matinée.

Roger Köppel incertain

A Zurich, l'UDC annoncera jeudi si elle maintient le tribun Roger Köppel, arrivé troisième, dans la course face au sortant du PLR Ruedi Noser. La candidate des Verts a annoncé son retrait. Le socialiste Daniel Jositsch a déjà été réélu.

Au Tessin, Filippo Lombardi, chef du groupe PDC, n'est pas parvenu à obtenir la majorité absolue au premier tour. Arrivé premier, il est talonné par Marco Chiesa (UDC), Giovanni Merlini (PLR) et la présidente du Conseil national Marina Carobbio (PS) qui vont se disputer le siège laissé vacant par Fabio Abate (PLR).

A Bâle-Campagne, la vague verte pourrait se confirmer si Maya Graf l'emporte face à la libérale-radicale Daniela Schneeberger. Le candidat socialiste a déjà abandonné la partie en sa faveur.

Sortants dans l'expectative

En Argovie, le fauteuil laissé vacant par la socialiste Pascale Bruderer pourrait échapper à son collègue de parti Cédric Wermuth, arrivé derrière Thierry Burkart (PLR) et Hansjörg Knecht (UDC).

Deux sortants du PS devront aussi attendre avant de savoir s'ils rempilent: Paul Rechtsteiner à St-Gall et Claudio Zanetti à Soleure. Du côté du PDC, à Lucerne, la conseillère nationale Andrea Gmür-Schönenberger devrait l'emporter.

A St-Gall, Benedikt Würth qui a ravi le siège PLR délaissé par Karine Keller-Sutter devrait être réélu. Des seconds tours sont encore annoncés à Schwyz où il faut repourvoir un siège détenu jusqu'ici par l'UDC et à Zoug par le PLR.

/ATS
 

Actualités suivantes