France et Suisse regardent vers l'avant malgré le blocage avec l'UE

La Suisse et la France ont affiché mercredi à Berne leur réconciliation après des années de ...
France et Suisse regardent vers l'avant malgré le blocage avec l'UE

France et Suisse regardent vers l'avant malgré le blocage avec l'UE

Photo: Keystone

La Suisse et la France ont affiché mercredi à Berne leur réconciliation après des années de tensions fiscales. Au premier jour de sa visite d'Etat, le président français François Hollande a promis de soutenir le dialogue avec l'UE après la votation du 9 février 2014.

Aussi bien dans son discours devant le Conseil fédéral in corpore que lors d'une conférence de presse, M. Hollande a affirmé clairement que la France ne transigerait pas avec la libre circulation des personnes. Cette question est manifestement 'particulièrement chère' à la France, a reconnu la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga à l'issue des entretiens entre les deux délégations.

Il en va de même pour la situation des plus de 150'000 frontaliers français en Suisse. Une solution avec Bruxelles doit intégrer la protection de leurs acquis, selon le président français.

Les deux pays estiment surtout importants que la Suisse puisse poursuivre les discussions. 'Sans savoir si un chemin sera trouvé', admet Mme Sommaruga qui s'attend à ce que cette situation dure. Mais de se réjouir de la promesse française de soutenir le maintien de la Suisse dans le programme européen de recherche Horizon 2020.

Rapprochement 'significatif' salué

Pour le président français, il faut redonner de la cohérence aux quelque 120 accords bilatéraux entre l'UE et la Suisse. Une incertitude qui contraste avec la résolution des deux présidents à ouvrir une nouvelle phase des relations entre leurs pays après des années de divergences fiscales entamées alors que Nicolas Sarkozy dirigeait la France.

'La question est réglée' après des relations 'parfois refroidies', a dit Mme Sommaruga. De l'échange bilatéral d'informations aux standards de l'OCDE en passant par la suppression de certains régimes fiscaux, 'la Suisse a fait tous les efforts qui étaient attendus d'elle', a renchéri le chef de l'Etat français.

Reste à clarifier la situation de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. Après la déclaration adoptée la veille pour un accord d'ici fin 2015, M. Hollande a assuré que les entreprises suisses actives sur le site bénéficieraient de la 'flexibilité nécessaire' de la part des autorités françaises.

Climat, technologies ou encore formation professionnelle

Désormais, l'heure est à la densification de la coopération. Croissance verte, investissements, innovation et économie numérique, échanges scientifiques et universitaires, autant de domaines sur lesquels les deux pays souhaitent avancer.

M. Hollande a salué la 'contribution exemplaire' de la Suisse avant la conférence de l'ONU sur le climat prévue en décembre prochain à Paris. La France fait aussi de la gestion intégrée des eaux du Rhône, importantes pour le refroidissement de ses centrales nucléaires, et du Grand Genève des questions prioritaires avec la Suisse.

Et M. Hollande de souhaiter davantage de rapprochements entre les entreprises des deux pays, comme Holcim et Lafarge. Mais aussi la prise de contrôle 'en discussion' par le Français St-Gobain sur le fabricant zougois de spécialités chimiques Sika.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes