Grand vainqueur, le PS zurichois fait son retour aux Etats

Perdant sur le plan national, le PS a remporté une victoire retentissante dimanche dans le ...
Grand vainqueur, le PS zurichois fait son retour aux Etats

Grand vainqueur, le PS zurichois fait son retour aux Etats

Photo: Keystone

Perdant sur le plan national, le PS a remporté une victoire retentissante dimanche dans le canton de Zurich. Il y progresse de deux sièges au Conseil national et fait son retour à la Chambre des cantons après 32 ans d'absence, grâce à l'élection de Daniel Jositsch.

L'élection du conseiller national socialiste dès le premier tour au Conseil des Etats constitue une surprise. Professeur de droit pénal, le politicien au profil rassembleur et socio-libéral a obtenu 182'776 voix, dépassant la majorité absolue de 5006 suffrages. Il a donc glané de nombreux suffrages dans l'électorat bourgeois.

La dernière personnalité socialiste à avoir représenté le canton de Zurich dans la petite Chambre était Emilie Lieberherr, de 1979 à 1983. 'Nous avons lutté si longtemps pour récupérer ce siège', s'est exclamé Daniel Jositsch face aux médias, 'surpris' de l'ampleur de son succès.

Ruedi Noser en ballotage favorable

Longtemps cité en favori durant la campagne, le conseiller national libéral-radical Ruedi Noser a obtenu 148'558 voix. Satisfait, l'entrepreneur d'origine glaronaise et ancien candidat au Conseil fédéral s'est dit certain de pouvoir mobiliser suffisamment d'électeurs au second tour pour succéder à son collègue de parti Felix Gutzwiller.

Il devra toutefois croiser probablement le fer avec Hans-Ueli Vogt, père de l'initiative de l'UDC 'contre les juges étrangers'. Le professeur de droit économique a récolté 123'144 voix, surmontant ainsi son déficit de notoriété sans pour autant réaliser de miracle. Le président de l'UDC zurichoise Alfred Heer s'est prononcé dimanche soir pour un maintien de sa candidature.

Un tel duel fratricide entre bourgeois pourrait néanmoins coûter cher à la droite, si la gauche reste mobilisée au second tour. Quatrième, le Vert Bastien Girod a obtenu le score honorable de 80'737 suffrages. Il n'est pas exclu que son parti maintienne dans la course ce jeune conseiller national très populaire.

Siège Vert'libéral perdu

En cinquième position, le président des Vert'libéraux Martin Bäumle a largement échoué dans son objectif de défendre le fauteuil de son parti aux Etats. Il obtient 57'125 voix, bien loin des résultats obtenus en 2007 et 2011 par la sortante Verena Diener qui ne se représentait pas.

Suivent les conseillères nationales Barbara Schmid-Federer (PDC) avec 34'639 voix et Maja Ingold (PEV) avec 21'603 suffrages. David Herzog (Parti pirate/3096 voix) et Joel von Allmen (Ecopop/1350 voix) ferment la marche.

Köppel plébiscité, Mörgeli et Fehr éjectés

Vainqueur aux Etats, le PS zurichois l'est aussi au National. Il a su profiter au mieux de l'attribution au canton d'un 35e siège pour la législature à venir. Les socialistes passent de 7 à 9 sièges à la Chambre du peuple avec 21,4% des suffrages (+2,1 points). L'ancien ambassadeur suisse en Allemagne Tim Guldimann fait partie des élus du parti.

Première force électorale du canton, l'UDC repasse la barre des 30%, à 30,7% (+0,8). Le parti de droite conservatrice récupère son 12e siège qu'il avait perdu en 2011. Le patron de la Weltwoche Roger Köppel fait une entrée fracassante au National en réalisant le meilleur score du canton. Hans-Ueli Vogt est également élu.

Les 'vestes' de Christoph Mörgeli, après 16 ans de mandat, et Hans Fehr, après 20 ans, constituent l'un des événements majeurs de cette élection. Le premier a sans doute pâti de son conflit avec l'Université de Zurich qui l'a éjecté de la direction du Musée de l'histoire de la médecine. Le second a probablement été sanctionné en raison de son âge (68 ans) et pour avoir employé une femme de ménage au noir. Le vétéran Ernst Schibli a aussi perdu son siège.

PLR qui rit, écolos et PBD qui pleurent

Comme le PS et l'UDC, le PLR fait aussi partie des gagnants avec le gain d'un siège. Il passe à 5 mandats avec 15,3% de l'électorat (+3,7) , soit la plus forte progression.

Parmi les perdants, les Vert'libéraux accusent le plus fort recul: -3,3 points à 8,2%. Ils perdent un de leurs quatre sièges, celui de Thomas Maier. Les Verts cèdent eux aussi un siège - celui de Daniel Vischer qui ne se représentait pas - avec 5,9% des suffrages (-1,5)

Le PBD a également subi un contrecoup par rapport à 2011. Il perd l'un de ses deux sièges avec 3,6% des électeurs (-1,7). Le PDC maintient, lui, ses deux sièges avec 4,2% (-0,9 point). Enfin, le PEV défend son unique siège avec succès. Il se stabilise à 3,1%.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes