Trafic toujours impossible sur la ligne entre Lausanne et Yverdon

Les opérations de secours se sont poursuivies lundi à Daillens (VD), après le déraillement ...
Trafic toujours impossible sur la ligne entre Lausanne et Yverdon

Trafic toujours impossible sur la ligne entre Lausanne et Yverdon

Photo: Keystone

Les opérations de secours se sont poursuivies lundi à Daillens (VD), après le déraillement samedi d'un train marchandises. L'accident a ravivé le débat sur le transport des matières dangereuses. Les pendulaires ont eux dû faire preuve de patience.

Tout trafic ferroviaire reste impossible, et ceci vraisemblablement pour plusieurs jours, sur le tronçon touché, sur la ligne entre Lausanne et Yverdon-les-Bains. Les opérations de transvasement de l'acide chlorhydrique ont continué toute la journée lundi.

Une grande partie de la citerne a pu être vidée. Le solde sera transvasé lors de la remise à la verticale du wagon. 'Il y a 1400 à 1500 litres qu'on n'arrive pas à atteindre pour l'instant', a expliqué Denis Froidevaux, chef de l'état-major cantonal de conduite.

Sortis de la phase rouge

Les opérations de relevage devraient débuter dans la nuit. Deux grues étaient lundi après-midi en train d'être installées. 'C'est un travail chirurgical de pointe, une affaire compliquée et technique. Une fois que nous aurons pu vider le solde d'acide chlorhydrique, nous serons sortis de la phase rouge', a ajouté Denis Froidevaux.

Plus d'une centaine de personnes sont engagées en permanence sur le site. Difficile de dire combien de temps prendront les opérations de relevage. Suivront le dégrappage du sol: enlever les voies, le ballast et la terre souillée, puis tout reconstituer. Pour le gros des travaux, le spécialiste espère 'voir le bout du tunnel jeudi'.

Retards pour les pendulaires

La cause du déraillement n'est pas encore connue et on ne sait pas encore combien de temps la ligne ferroviaire va rester impraticable. Les pendulaires ont dû s'armer de patience lundi. Des bus ont remplacé les trains entre Yverdon-les-Bains et Cossonay-Penthalaz. Des navettes reliaient aussi Cossonay-Penthalaz à Eclépens et à La Sarraz, pour les voyageurs en direction de Vallorbe.

'Vingt bus ont effectué 300 courses durant la journée, et une quarantaine d'assistants-clientèle étaient présents dans les gares', a indiqué Frédéric Revaz, porte-parole des CFF.

Tous les pendulaires ont pu être acheminés. Mais ils ont mis 30 à 60 minutes de plus, et parfois davantage, pour gagner leur lieu de travail. 'Entre Neuchâtel et Lausanne, au lieu de trois quarts d'heure, cela faisait 02h05', a calculé M. Revaz.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes