« Hobbits » et Homo sapiens n'ont vraisemblablement pas cohabité

L'homme moderne Homo sapiens n'a vraisemblablement pas cohabité avec le 'Hobbit' Homo floresiensis ...
« Hobbits » et Homo sapiens n'ont vraisemblablement pas cohabité

Photo: Keystone

L'homme moderne Homo sapiens n'a vraisemblablement pas cohabité avec le 'Hobbit' Homo floresiensis, ainsi surnommé en raison de sa petite taille, il y a 15'000 ans en Asie du sud-est. L'homme de Florès a vécu il y a 60'000 à 100'000 ans.

Une erreur de datation s'est produite en raison d'une fausse attribution de la couche de terre dans laquelle ont été retrouvés les restes du petit homme, rapporte mercredi dans la revue 'Nature' une équipe internationale de chercheurs conduite par Thomas Sutikna, de l'université australienne de Wollongong.

Jusqu'ici, les ossements de plusieurs individus retrouvés en 2003 dans la grotte de Liang Bua sur l'île de Florès en Indonésie avaient été situés dans une fourchette de 12'000 à 18'000 ans. Cela avait étonné les spécialistes, Homo sapiens ayant déjà colonisé l'Australie toute proche il y a 50'000 ans.

La nouvelle datation fait suite à huit ans de recherches portant sur les ossements et les différentes couches de terre du site. Les scientifiques ont utilisé la thermoluminescence, la luminescence stimulée par infrarouge, ainsi que les méthodes de datation radiométriques argon-argon et uranium-thorium.

Résultats: le Hobbit a vécu il y a 60'000 à 100'000 ans et les outils de pierre qui lui sont attribués sont situés entre 50'000 et 190'000 ans.

Analyses génétiques

Même si un contact avec Homo sapiens ne peut être exclu, une éventuelle superposition des deux espèces est donc peu probable. Seules des analyses génétiques permettraient d'en avoir le coeur net, mais on n'est pas parvenu jusqu'ici à isoler du matériel génétique utilisable de l'homme de Florès, a expliqué à l'ats Christoph Zollikofer, de l'Institut d'anthropologie de l'Université de Zurich.

Pour le chercheur, qui n'a pas participé à ces travaux, ces résultats écartent du moins une hypothèse formulée en 2014. Des scientifiques américains avaient estimé qu'Homo floresiensis ne constituait pas une nouvelle espèce d'hominidé, mais pourrait découler d'une pathologie d'Homo sapiens, la trisomie par exemple.

Faisant un peu plus d'un mètre pour 25 kilos, Homo floresiensis était doté d'une tête anormalement petite par rapport à son corps, contenant un cerveau d'une taille similaire à celui d'un chimpanzé.

Parfois surnommés 'Hobbits' comme les personnages du 'Seigneur des anneaux' de Tolkien, leur origine et leur anatomie ont suscité une vive controverse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus