Hors-piste: le nombre de victimes reste constant en Suisse

Malgré l'engouement actuel pour le hors-piste, la moyenne annuelle des décès dans des avalanches ...
Hors-piste: le nombre de victimes reste constant en Suisse

Hors-piste: le nombre de victimes reste constant en Suisse

Photo: Keystone

Malgré l'engouement actuel pour le hors-piste, la moyenne annuelle des décès dans des avalanches reste constante, autour de 20. Ces dernières décennies, le nombre de victimes a globalement reculé, indique une étude de l'Institut pour l'étude de la neige (SLF).

Dans les zones non sécurisées, le nombre moyen de victimes par an, une vingtaine, est constant depuis les années 1990. Cela, malgré la popularité actuelle de la pratique du hors-piste, écrit le SLF mardi. Dans les années 1980, ce sont en moyenne 27 personnes qui mouraient dans une avalanche chaque année. Dans la majorité des cas, les victimes ont déclenché elles-mêmes l'avalanche.

Le renforcement du travail de prévention, la formation spécifique sur les avalanches pour les guides, ou une meilleure information sur la situation avalancheuse ont contribué à améliorer ces chiffres, écrit l'institut. Les détecteurs de victimes ont été perfectionnés et se sont largement répandus. Le temps d'ensevelissement a diminué et les chances de survie augmenté.

La base de données du SLF répertorie les dégâts et les victimes provoqués par des avalanches depuis l'hiver 1936. Elle montre que pour le hors-piste, le nombre moyen de victimes était inférieur à 10 au début des années 1950. Il a fortement augmenté dans les années 1960 et 1970.

Cette hausse s'est produite pendant une phase de développement considérable du tourisme d'hiver, de boom de la construction de domaines skiables et d'essor de la mobilité de la population, explique le SLF. Même si les chiffres manquent, le nombre d'adeptes du hors-piste a aussi fortement augmenté ces années-là.

Fort recul sur les pistes

Le tableau est différent dans les domaines sécurisés (routes, pistes de ski et zones d'habitation). Le recul du nombre de victimes y est très significatif, montrent les experts. A la fin des années 1940, 15 personnes mouraient par an en moyenne dans une avalanche. En 2010, la moyenne est tombée à moins d'une personne par an.

La plupart de ces avalanches se sont déclenchées spontanément. Près de la moitié des victimes ont subi un accident du travail, sur les voies de circulation ou les pistes de ski.

Prévention

Cette évolution est due à plusieurs facteurs, poursuit le SLF: les lourds investissements dans les ouvrages de protection contre les avalanches, les mesures d'aménagement du territoire prises grâce aux meilleures cartes de danger, ou les mesures préventives prises par les services d'avalanche, type évacuations ou déclenchements artificiels.

Malgré cela, le risque zéro n'est pas garanti à 100% dans les zones sécurisées, rappelle le SLF. Des hivers extrêmes sont toujours possibles. En 1999, lors d'un hiver avalancheux, 17 personnes avaient péri rien qu'en Suisse, et les coûts directs et indirects des dégâts s'étaient montés à 600 millions de francs.

/ATS


Actualisé le