L'OMS a réagi trop tardivement à l'Ebola, selon des experts

L'Organisation mondiale de la santé a réagi trop tardivement à l'Ebola en Afrique de l'Ouest ...
L'OMS a réagi trop tardivement à l'Ebola, selon des experts

L'OMS a réagi trop tardivement à l'Ebola, selon des experts

Photo: Keystone

L'Organisation mondiale de la santé a réagi trop tardivement à l'Ebola en Afrique de l'Ouest, a affirmé lundi un groupe d'experts indépendant. Selon son rapport, l'agence de l'ONU souffre de graves faiblesses structurelles dans sa riposte aux urgences sanitaires.

A la demande des Etats membres de l'OMS, un groupe d'experts a examiné ce qui n'a pas marché dans la réponse à l'Ebola qui a contaminé 26'000 personnes et fait plus de 10'900 morts en Guinée, au Libéria et au Sierra Leone. Son rapport préliminaire, publié lundi à Genève, met le doigt sur plusieurs défaillances.

Moyens trop faibles

L'OMS n'a décrété une urgence de santé publique mondiale que le 8 août, bien trop tardivement. 'Il y a eu de graves lacunes dans les contacts avec les communautés locales au cours des premiers mois de l'épidémie', a affirmé le groupe d'experts présidé par Barbara Stocking, à la tête du Murray Edward College de l'Université de Cambridge et ancienne directrice de l'ONG Oxfam.

'Il y a un consensus presque complet pour dire que l'OMS n'a pas une capacité et une culture suffisamment fortes pour mener des opérations d'urgence', accuse le rapport. Avant le mois d'août, l'agence de l'ONU n'a en outre pas recherché activement le soutien du reste du système des Nations unies.

Pas de nouvelle organisation

Les experts affirment qu'il n'est toujours pas clair pour quelles raisons les premières alertes, dès le mois de mai et jusqu'en juillet, n'ont pas débouché sur une mobilisation internationale adéquate. L'OMS a souffert d'une faiblesse structurelle pour répondre aux situations d'urgence à laquelle le groupe recommande de remédier rapidement.

''Business as usual' n'est pas une option', déclarent les experts. Il écarte la proposition de créer une nouvelle organisation, ce qui mettrait du temps et détournerait des ressources, ainsi que le transfert à une autre agence de l'ONU de la capacité de réponse aux urgences.

Il recommande en revanche de renforcer la capacité opérationnelle de l'OMS. Les Etats membres sont invités à mettre sur pied un fonds d'urgence ainsi qu'une force internationale d'intervention sanitaire qui pourrait être mobilisée immédiatement. En son sein, l'OMS doit mettre en place une équipe pluridisciplinaire qui serait déchargée de ses autres fonctions pour répondre à l'urgence.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes